Abonné

ZAN : la difficile voie de la sobriété foncière divise jusqu’aux candidats à la présidentielle

Sylvie Luneau
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

ZAN : la difficile voie de la sobriété foncière divise jusqu’aux candidats à la présidentielle

© Flickr-CC-abac077

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

Il a le nom d’un bonbon, mais fait surtout grincer des dents… Petite révolution dans l’aménagement du territoire, le ZAN, pour « Zéro artificialisation nette », n’a pas fini de faire parler de lui. Trois décrets d’application, attendus prochainement, sont déjà très critiqués et le principe ne fait pas l’unanimité non plus chez les candidats à l’Elysée...

Le « Zéro artificialisation nette » des sols sèmerait-il soudainement la zizanie au sein des élus ?... Même s’il n’a été entériné qu’en août dernier dans la loi Climat et Résilience, le ZAN ne date pourtant pas d’hier. Ce concept est apparu dans le Plan national biodiversité de 2018 et ressort du principe « éviter, réduire, compenser », bien plus ancien et bien connu des aménageurs. L’objectif est de conserver les terres agricoles et naturelles, car entre 20 000 et 30 000 hectares d’espaces naturels, agricoles et forestiers disparaissent chaque année. Le ZAN vise donc à éviter toute nouvelle imperméabilisation des sols, ou au pire, à la compenser par une « renaturation » équivalente d’espaces artificialisés.

Diviser par 2 la consommation d’espaces dans 10 ans

La loi Climat et Résilience fixe la date de 2050 pour stopper toute artificialisation nette des[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS

Nous vous recommandons

« La santé est devenue, pour un temps au moins, l’affaire de tous ! »

« La santé est devenue, pour un temps au moins, l’affaire de tous ! »

Particulièrement actives durant la pandémie de Covid-19, les collectivités ne disposent toujours pas de « compétence » en santé en bonne et due forme, après la promulgation de la loi 3DS. Plusieurs associations d’élus, maires et...

Gouvernement Borne : les territoires et l’écologie écartelés entre quatre ministères

Gouvernement Borne : les territoires et l’écologie écartelés entre quatre ministères

Gouvernement Borne : 27 ministres dont seulement la moitié de nouveaux visages

Gouvernement Borne : 27 ministres dont seulement la moitié de nouveaux visages

Mieux - surtout pas moins - d’Etat dans le système de santé rêvé des élus locaux

Mieux - surtout pas moins - d’Etat dans le système de santé rêvé des élus locaux

Plus d'articles