Abonné

Vote Le Pen en outre-mer : « La majorité des ultra-marins a en réalité choisi le parti de l’abstention»

Emilie Denetre
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Vote Le Pen en outre-mer : « La majorité des ultra-marins a en réalité choisi le parti de l’abstention»

© ed. l'Iconoclaste

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

En recueillant près de 70 % des suffrages exprimés en Guadeloupe, 60% en Martinique ou encore à la Réunion, Marine Le Pen apparaît au lendemain du second tour de l’élection présidentielle comme la grande gagnante du vote ultra-marin. Pour Audrey Célestine, politiste et maîtresse de conférence à l’université de Lille, ces scores sont de nature composite, entre colère, adhésion au RN et rejet du candidat sortant. Et doivent être vus comme un signal par la classe politique, d’autant que l’abstention a été considérable outre-mer.

Quels sont, selon vous, les ressorts du vote Rassemblement national dans les territoires d’Outre-Mer ?

Audrey Célestine : Ce vote est très difficile à interpréter car globalement nous manquons cruellement d'enquêtes de sociologie électorale sur les Outre-Mer et cela depuis longtemps. Par ailleurs, et c'est le cas en particulier en Martinique et dans une moindre mesure en Guadeloupe, il y a des partis politiques très territorialisés, ce qui fait que les grilles politiques hexagonales ne sont pas forcément les mêmes que celles que l’on peut avoir en Outre-Mer. Néanmoins, les grandes raisons pour lesquelles les gens votent pour le RN en France hexagonale peuvent se retrouver dans ces territoires-là.

Il y a déjà une[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS

Nous vous recommandons

Multiplication des violences contre les élus : un mal démocratique irrémédiable ?

Multiplication des violences contre les élus : un mal démocratique irrémédiable ?

Constatant l'augmentation des agressions et menaces plus ou moins violentes visant le personnel politique, le philosophe Jean-Baptiste Juillard rappelle, amer, que le phénomène n'a rien de nouveau. La condamnation de ces actes, comme les...

« L'ancrage territorial n'a jamais été un critère de sélection du Premier ministre »

« L'ancrage territorial n'a jamais été un critère de sélection du Premier ministre »

« Nous allons vers des sécheresses plus longues que le stockage de l’eau ne fait qu’aggraver »

« Nous allons vers des sécheresses plus longues que le stockage de l’eau ne fait qu’aggraver »

Le débat démocratique, solution… à la crise démocratique ?

Le débat démocratique, solution… à la crise démocratique ?

Plus d'articles