Transports publics : la feuille de route pour 2015

Nathalie Da Cruz
Transports publics : la feuille de route pour 2015

Ligne Teor, agglo de Rouen

© Flickr-CC-F.Bisson

L’Etat viendra bien en aide aux projets de transport en commun en site propre : c’est sur cette bonne nouvelle que le Groupement des autorités responsables de transport (Gart) démarre la nouvelle année. Toutefois, lors de ses vœux, Louis Nègre, président du Gart, a rappelé les inquiétudes qui persistent sur les financements. Au programme aussi en 2015 : la préparation de la réforme du stationnement et la lutte contre la fraude.

C’était la bonne nouvelle de la fin d’année, survenue le 18 décembre 2014 : le troisième appel à projets pour des transports en commun en site propre (TCSP) est bel et bien sauvé et financé. Une mesure de très bonne augure pour le Gart, comme l’a indiqué son président, Louis Nègre, lors de la cérémonie des vœux qui s’est tenue le 14 janvier à Paris.

L’abandon de l’écotaxe n’aura pas eu raison du troisième volet de cette grande ambition issue du Grenelle de l’Environnement. « Malgré de très fortes contraintes budgétaires, nous avons tenu notre engagement de financer le troisième appel à projets de TCSP, se félicite Alain Vidalies, secrétaire d’Etat en charge des Transports, présent à cette cérémonie des vœux. L’Etat a réagi très vite à l’abandon de l’écotaxe en instaurant la TICPE sur le gazole pour alimenter les caisses de l’Agence de financement des infrastructures de transport de France (AFITF) ».

En 2015, le gazole augmente en effet de deux centimes pour les particuliers, et de quatre centimes pour les poids lourds. Ce qui permet d’alimenter l’enveloppe de 450 millions d’euros de la part de l’Etat, comme prévu au départ.

95 grands projets financés

Sur 122 projets de TCSP déposés en septembre 2013, 95 ont été retenus, dont :

  • 54 lignes de bus à haut niveau de service (BHNS) ;
  • 15 lignes de tramways (nouvelles lignes et prolongements) ;
  • 4 lignes de métros ;
  • des projets innovants par câble ou par bateau, ainsi que des parcs à vélos.

En ce début 2015, les 70 agglomérations lauréates peuvent donc lancer les appels d’offres. L’ensemble des projets retenus représente 5,2 milliards d’euros d’investissements publics, l’Etat contribuant en moyenne à hauteur de 16%.

L’avenir de l’AFITF assuré… pour trois ans
Quid de l’avenir de l’AFITF ? Alain Vidalies s’est montré rassurant : « Je m’engage à garantir le financement de l’AFTIF pour les trois ans à venir, et à pérenniser une ressource pour cela ». Jusqu’en 2017, son budget annuel sera donc bien de 1,9 milliard d’euros.

Louis Nègre, GART

Le président du Gart, Louis Nègre, s’est interrogé sur la cohérence des choix du gouvernement.

Pour autant, le président du Gart n’a pas caché ses inquiétudes sur le financement des transports publics au quotidien, en dehors des TCSP. La baisse de dotations aux collectivités, qui va s’élever à 11 milliards sur trois ans, aura de nets retentissements, selon Louis Nègre : « Moins de couloirs de bus, moins de tramways, moins de TER ou d’autocars départementaux… Il faudra sans doute s’attendre également à une adaptation des services, avec probablement moins de dessertes dans les endroits moins fréquentés, et aussi une moindre amplitude horaire des services ».

Le président du Gart ne s’est pas privé de tacler au passage le gouvernement sur le financement acté récemment pour la LGV Poitiers-Limoges : « On ne peut que s’interroger sur la cohérence de certains choix récents en contradiction avec les conclusions de la commission Mobilité 21((La commission Mobilité 21 a remis au gouvernement, en juillet 2013, un rapport intitulé « Pour un schéma national de mobilité durable ».)) ».

Fraude : 400 millions de perdu

Pour le ministre Alain Vidalies, « 2015 doit être une année ambitieuse pour les transports. Ce sera celle de la mise en œuvre de la réforme du stationnement, qui doit être déployée dès 2016 ; le préfet Bérard mène actuellement un important travail réglementaire en partenariat avec le Gart ».

En 2015, également, le gouvernement veut, tout comme le Gart, intensifier la lutte contre la fraude dans les transports en commun, qui représente un manque à gagner d’au moins 400 millions d’euros par an. Pour cela, il va mettre en musique prochainement plusieurs mesures évoquées par le Comité national pour la sécurité dans les transports du 16 décembre dernier.

Recevez vos newsletters gratuitement

FORMATIONS

Nous vous recommandons

La formation des élus locaux, un non-recours massif

La formation des élus locaux, un non-recours massif

Si les quelque 507 000 élus locaux français réclament tous un statut de l’élu renforcé, ils sont très peu à se former malgré les dispositifs existants. Volonté de ne pas grever le budget de leur collectivité, manque de temps...

Coupures d'électricité programmées : pour le moment, rien n’est prêt

Coupures d'électricité programmées : pour le moment, rien n’est prêt

Rénovation thermique des bâtiments publics : tout a un prix, même les économies d’énergie !

Rénovation thermique des bâtiments publics : tout a un prix, même les économies d’énergie !

Normes : les collectivités ont leur mot à dire, prône le Conseil d’État

Normes : les collectivités ont leur mot à dire, prône le Conseil d’État

Plus d'articles