Abonné

« Tout ne peut pas être écrit en matière de laïcité »

Aurélien Hélias

Sujets relatifs :

, ,
« Tout ne peut pas être écrit en matière de laïcité »

Arnaud Lacheret, auteur de « Les territoires gagnés de la République ? »

© DR

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

Ancien collaborateur de cabinet du tout jeune maire (LR) de Rillieux-la-Pape, banlieue difficile de l’Est lyonnais, Arnaud Lacheret revient sur ses trois années au cœur du pouvoir municipal. Dans son ouvrage « Les territoires gagnés de la République ? », il éclaire sans tabou le « bricolage permanent » nécessaire selon lui pour répondre aux demandes - parfois rigoristes - des habitants de confession musulmane. Un pragmatisme décomplexé qui ne conviendra ni aux islamistes ni aux militants d’une laïcité dure, mais que les élus français devraient, selon lui, adopter de toute urgence.

Alors que « l’Etat recentralisateur » s’avère selon vous incapable d’appréhender les réalités de terrain, quels rôles reviennent aux maires ?

En théorie, la laïcité doit être gérée par l’Etat car, dans la conception française, c’est l’Etat qui a le pouvoir. Mais dans les faits, sur la laïcité, ce n’est pas le cas. L’Etat manque de moyens et ce sont les maires qui se retrouvent en première ligne. Les recettes sont différentes d’une ville à l’autre, à la limite parfois de la légalité et même souvent au-delà. Plusieurs décisions que l’on a prises à Rillieux-la-Pape auraient pu sauter en cas d’étude par un tribunal[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS