Abonné

Simplification, compensations et ZAN : Elisabeth Borne donne des gages aux maires

Aurélien Hélias
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Simplification, compensations et ZAN : Elisabeth Borne donne des gages aux maires

Elisabeth Borne clôture le 24 novembre le Congrès des maires 2022

© fabien calcavechia

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

Du filet de sécurité contre l’explosion des factures énergétiques aux successeurs des contrats de Cahors en passant par la compensation de la suppression de la CVAE, la Première ministre a annoncé des mesures d’accompagnement des communes. Une politique des petits gestes à laquelle se sont ajoutées de nouvelles garanties promises sur une application différenciée du zéro artificialisation nette selon les territoires. 

C’est une figure presque imposée de chaque discours de clôture du Congrès des maires : le représentant de l’exécutif qui le prononce, qu’il s’agisse du chef de l’Etat ou du Premier ministre, doit afficher sa proximité avec les édiles et rappeler au besoin qu’il a fait partie de leur corporation. Ni Emmanuel Macron ni Elisabeth Borne n’ayant porté l’écharpe municipale au préalable, c’est sur la similarité de l’action respective de chacun qu’a insisté Elisabeth Borne dans son discours Porte de Versailles le 24 novembre : « Le concret ne me fait pas peur. Il m’inquiète en tous cas beaucoup moins que les phrases toutes faites, a glissé la locataire de Matignon. Il y a finalement plusieurs points communs entre la fonction de maire et la fonction de Première ministre. Au fond, nos fiches de poste se ressemblent[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS

Nous vous recommandons

La formation des élus locaux, un non-recours massif

La formation des élus locaux, un non-recours massif

Si les quelque 507 000 élus locaux français réclament tous un statut de l’élu renforcé, ils sont très peu à se former malgré les dispositifs existants. Volonté de ne pas grever le budget de leur collectivité, manque de temps...

Didier Migaud : « Les élus locaux sont plus exposés aux lobbys que les élus nationaux »

Didier Migaud : « Les élus locaux sont plus exposés aux lobbys que les élus nationaux »

« La culture déontologique globale n’existe pas encore dans les collectivités »

« La culture déontologique globale n’existe pas encore dans les collectivités »

Maires, élus locaux et DGS, ces agents tous risques...

Maires, élus locaux et DGS, ces agents tous risques...

Plus d'articles