Santé : les maires – bien seuls ? – dans les starting-blocks

Santé : les maires – bien seuls ? – dans les starting-blocks

© CHU de Toulouse

Entre la crise des services d’urgences à l’hôpital, les démissions en cascade des soignants épuisés, et l'ampleur de la désertification médicale en ville comme dans les campagnes, la santé apparaît comme l’une des principales problématiques de ce début de quinquennat. C’est peu dire que les maires se montrent inquiets sur le sujet, à l'instar du corps médical ou des patients, en ce début d’été 2022. Côté ministère, par contre, la vacance qui s’annonce avenue Duquesne n’arrange pas vraiment les choses…

« Aujourd’hui, notre priorité est de savoir comment nous allons passer l’été », s’alarme le maire de Douai, Frédéric Chéreau, faisant ici référence à la crise des urgences qui secoue le pays. « Dans nos territoires nous sommes confrontés tous les jours à des soignants au bord du burn-out, à des élèves infirmiers qui abandonnent leurs études et à des personnels d’Ehpad en tension à cause d’équipes incomplètes, etc. Il ne manquerait plus qu’une canicule au mois d’août… »

Y-a-t-il un pilote dans l’avion ?

Les doutes se font ouvertement entendre, tant ce début d’été s’annonce tendu sur le front sanitaire. Et les évictions coup sur coup de deux ministres de la Santé ne présagent rien de bon pour les élus locaux en quête de dialogue et de repères… Après Olivier Véran, écarté du gouvernement Borne 1 dans la foulée de l’élection présidentielle, c’est désormais sa successeure, Brigitte Bourguignon, qui est sur le départ. Un mois seulement après sa nomination, celle qui avait pensé à inclure un mot pour les élus locaux dans ses premiers discours vient en effet d’échouer aux législatives à 56 voix près.

Pour l’Association des maires (AMF), qui ne manque pas d’idées pour réformer de fond en comble le système français de santé, cela signifie se remettre à l’ouvrage pour reconstruire de nouveaux ponts. « Nous n’avions pas eu le temps de rencontrer la ministre Brigitte Bourguignon depuis sa nomination. En revanche nous avions pu rencontrer à maintes reprises Olivier Véran pour porter nos propositions et il y était très attentif, rapporte M. Chéreau, co-président de la commission « Santé » de l’AMF. Maintenant, nous devons attendre la nomination du ou de la futur(e) ministre pour obtenir un rendez-vous ».

Une gouvernance à revoir de fond en comble

« Si nos urgences ferment, c’est que des choses n’ont pas marché avant dans l’organisation » pointe Frédéric Chéreau. « Nous voulons une santé plus axée sur la prévention, car deux tiers des déterminants de santé ne sont pas médicaux mais ont un lien avec ce que nous mangeons, l’air que nous respirons, l’accès à la nature que nous pouvons nous offrir… Et là-dessus, nous, les maires, nous avons la main » plaide le maire de Douai, qui aimerait que les élus locaux soient mieux associés à la gouvernance de cette politique publique, de par leur connaissances des territoires et leur capacité à jouer les « assembliers » entre associations, hôpital, médecine de ville et usagers.

Des revendications connues et déjà portées par l’AMF que Frédéric Chéreau entend donc rappeler au futur locataire de l’avenue Duquesne avec pragmatisme : « Nous voulons être mieux associés, mais nous voulons aussi que la santé reste un sujet étatique, en termes d’aménagement du territoire, pour assurer une égalité d’accès aux soins ».

Se tourner vers l’Assemblée ?

En attendant que cette main tendue soit effectivement saisie par un État plus ouvert et partageur compte tenu du contexte de crise structurelle, l’association devrait pouvoir compter sur quelques « relais précieux » à l’Assemblée nationale. Parmi la quarantaine de maires et plus de 200 élus locaux amenés à siéger au Palais-Bourbon depuis les 12 et 19 juin, beaucoup se montreront certainement attentifs - dans leurs amendements, missions d’enquête ou d’informations et propositions de lois - à ce qu’un meilleur équilibre territorial soit trouvé en matière de gouvernance de santé. Parmi ces appuis de taille pour se faire entendre de l’Assurance-Maladie, du ministère de la Santé et de ses ARS mais aussi de l’Ordre des médecins, la co-présidente de la commission « Santé » de l’AMF, Véronique Besse qui retrouve le palais Bourbon après huit années passées à la mairie des Herbiers.

Recevez vos newsletters gratuitement

FORMATIONS

Nous vous recommandons

30 nouveaux lauréats pour le programme Avenir Montagnes Ingénierie

30 nouveaux lauréats pour le programme Avenir Montagnes Ingénierie

Dans le cadre du programme Avenir Montagnes Ingénierie, piloté par l’Agence de cohésion des territoires (ANCT), les 30 nouveaux lauréats ont été dévoilés le 29 juin. Ils seront accompagnés pour élaborer et décliner des...

Les employeurs publics locaux approuvent le dégel du point d’indice mais craignent son coût

Les employeurs publics locaux approuvent le dégel du point d’indice mais craignent son coût

Quand l'explosion des prix de l'énergie pousse les collectivités à une transition ardue

Quand l'explosion des prix de l'énergie pousse les collectivités à une transition ardue

Yaël Braun-Pivet, première femme à présider l'Assemblée nationale

Yaël Braun-Pivet, première femme à présider l'Assemblée nationale

Plus d'articles