Abonné

Reprendre la régie eau sans fuite des coûts, ni perte de fluidité

La rédaction
Reprendre la régie eau sans fuite des coûts, ni perte de fluidité

Eau du robinet

© Phovoir

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

Quitter son délégataire de service public pour une régie nécessite de l’anticipation et de la clairvoyance de la part des municipalités.
Paris, Grenoble, Castres et demain Bordeaux… Nombre de collectivités, grandes ou petites, remunicipalisent leur service de l’eau. Et beaucoup d’autres s’interrogent sur l’opportunité de quitter leur délégataire de service public (DSP) au profit d’une régie.

En 2009, près de 70 % des services publics d’eau potable étaient gérés en régie ((étude de la Fédération nationale des collectivités concédantes et régies ; www.fnccr.asso.fr)), mais le rapport s’inverse en termes de population : 60 % des Français sont desservis en eau potable via un délégataire.

Avant d’acter la reprise en régie, l’important est d’effectuer un audit du contrat et de dresser un état des lieux détaillé du service. « Il est nécessaire de définir d’où l’on part et d’évaluer ce que l’on veut dans dix ou quinze ans. Ce qui suppose de disposer de tous les éléments pour chiffrer ces objectifs », explique Régis Taisne, adjoint au chef de département de l’eau à la FNCCR.

Transmission des données
Inventaire du patrimoine (plans des réseaux, compteurs…), recensement des biens, détail des[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS