Abonné

Petites lignes de chemin de fer et régions : le pari de la performance

Aurélien Hélias
Petites lignes de chemin de fer et régions : le pari de la performance

Train express régional

© Flickr/yisris

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

Avec la signature des premiers protocoles d’accord entre l’Etat et les régions, de nouvelles règles régissant les lignes locales de chemin de fer sont instaurées. Aux régions, désormais, de trouver la voie menant à la réussite.

La loi d’orientation des mobilités (LOM)donne la possibilité aux régions volontaires de gérer les lignes ferroviaires à faible trafic. Appelées aussi dessertes fines ou « petites lignes », elles entrent dans un classement précis de normes techniques de la SNCF. « Dans les faits, elles sont le plus souvent peu fréquentées, elles desservent des territoires ruraux et souffrent d’un manque criant d’investissements », résume Michel Neugnot, président de la commission mobilités de l’Association des régions de France (ARF) et vice-président de la Bourgogne. Représentant un tiers du réseau total, soit plus de 9 000 km, près de 40 % de ces liaisons risquait la limitation de vitesse voire la fermeture, en 2017. Le besoin de financement pour ce réseau s’élève à 7,6 milliards d’ici 2028. Pour sortir de cette impasse, le rapport du préfet Philizot sur les dessertes fines rendu en février préconise un partage de compétences : une part prise en charge à 100 % par la SNCF (les lignes connectées à des[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS