Abonné

Olivier Véran loue « les bonnes volontés » locales pour organiser la vaccination

Aurélien Hélias
Olivier Véran loue « les bonnes volontés » locales pour organiser la vaccination

Le ministre de la Santé Olivier Véran le 12 janvier au Sénat

© vod Sénat

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

Entendu par les sénateurs le 12 janvier, le ministre de la Santé a poursuivi son opération de désamorçage des critiques portant sur la campagne de vaccination organisée par l'exécutif. Et répondu aux questions très pragmatiques des parlementaires sur les "vaccinodromes" et aux inquiétudes des sénateurs ruraux sur la capacité à vacciner dans les déserts médicaux.

Nouvelle séance de désamorçage des critiques sur la campagne de vaccination pour Olivier Véran. Mardi 12, c’était au tour de la commission des affaires sociales de « cuisiner » le ministre de la Santé dans un format très court – une heure, pas plus – qui a d’ailleurs laissé plusieurs sénateurs sur leur faim, ne pouvant poser leur question.

Pourtant, loin des polémiques de ces derniers jours sur la logistique de la campagne et des hésitations de l’exécutif, les interrogations ont pour beaucoup porté sur des questions pointues : planning précis de vaccination et pour quelles catégories d’habitants, interrogations sur la vaccination des plus de 75 ans à domicile et association des professionnels de santé en ville aux opérations. Mais aussi délai entre deux vaccinations, nombre de doses disponibles par flacon – ce sera bien six maximum et non sept comme espéré[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS