Marylise Lebranchu donne quatre ans aux nouvelles régions pour diminuer leurs effectifs

Denis Solignac
3 commentaires

3 commentaires

lanie - 11/11/2015 08h:26

cela doit être pour cela que les DG cassent du fonctionnaire, entre le harcèlement,les faux rapports et j'en passe voici la toute nouvelle réalité Merci Madame LEBRANCHU

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Azerty - 13/11/2015 13h:45

Le message de Mme LEBRANCHU est on ne peut plus clair : "faites ce que je dis pas ce que je fais".

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Miette - 19/11/2015 23h:08

On devrait mutualiser les ministres, les députés, les sénateurs - on en a un vrai besoin, ce ne sont pas de grosses équipes, ce sont surtout des équipes performantes. Et ils exécuteront les directives des AG de citoyens qui reprendront le pouvoir et arrêteront de déléguer leur souveraineté.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Marylise Lebranchu donne quatre ans aux nouvelles régions pour diminuer leurs effectifs

Marylise Lebranchu

© P. Marais

Pour la ministre de la Décentralisation, la baisse des effectifs dans les grandes régions devra être atteinte d’ici 2020. Ce qui n’empêchera pas l’Etat, lui, de renforcer ses garnisons territoriales, a-t-elle expliqué le 10 novembre sur les antennes d’une chaîne d’info en continu.

Invitée de l’émission « Bourdin direct » sur BFMTV le 10 novembre au matin, la ministre de la Décentralisation a jugé que les nouvelles 13 grandes régions, du moins celles issues de la fusion au 1er janvier 2016 de deux à trois régions actuelles, seraient en mesure de diminuer leurs effectifs consolidés d’ici 2020.

« On fera le bilan dans quatre ans : les effectifs baisseront », a-t-elle assuré à son interrogateur Jean-Jacques Bourdin.

Développer les services d’action économique

Pour Marylise Lebranchu, cela sera possible grâce à des fusions et mutualisations de certains services. « On va mutualiser les fonctions support ; la gestion des carrières, des bulletins de paie, c’est-à-dire tout ce qui se fait dans des bureaux », a-t-elle pronostiqué.

Une diminution globale des effectifs régionaux qui serait possible malgré un renforcement ciblé, nécessaire selon elle, sur l’une des compétences régionales renforcées par la loi Notre : le développement économique.

« Il faut qu’on renforce les services de l’action économique, de l’aide directe aux entreprises, aux petites entreprises. On a un vrai besoin de personnels. Mais ce ne sont pas de grosses équipes, ce sont surtout des équipes performantes », a-t-elle argumenté.

Des services déconcentrés à renforcer

En revanche, la ministre a confirmé que l’exécutif était favorable à un renforcement des effectifs déconcentrés.

« L’Etat, dans ce temps, va réorganiser sa fonction publique déconcentrée. Sur les territoires, on a fait une erreur de ne pas remplacer un fonctionnaire sur deux : trop de fonctionnaires partis en retraite n’ont pas été remplacés », déplore-t-elle en pointant du doigt la règle instaurée sous le quinquennat Fillon en 2008, via la révision générale des politiques publiques (RGPP).

Recevez vos newsletters gratuitement