Abonné

Marchés publics : le bon usage du seuil de 25 000 euros

Auteur associé
Marchés publics : le bon usage du seuil de 25 000 euros

Marchés publics : déjouez les pièges !

© CDM

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

Depuis le 1er octobre 2015, le seuil de 25 000 euros HT remplace celui de 15 000 euros HT pour les marchés publics des collectivités territoriales. S’agit-il pour autant d’une liberté totale permettant d’aller chercher directement un prestataire ?

Par Jérôme Michon, professeur en droit des marchés publics à l’ESTP, consultant en optimisation financière, technique et fonctionnelle des processus achats

De nombreux élus et praticiens militent régulièrement pour le rehaussement du seuil en dessous duquel aucune obligation de publicité ne s’impose, dans le cadre du Code des marchés publics (CMP).

Ils imaginent qu’aucune règle contraignante ne s’applique en dessous et qu’ils peuvent conclure un marché public directement avec un prestataire dont ils connaîtraient l’existence. Cette conviction, rappelée sans cesse à chaque réforme, constitue une contre-vérité juridique : elle n’est pas le reflet des termes de la réglementation, européenne comme française, des marchés publics.

Lire aussi notre dossier « Marchés publics des collectivités territoriales : les 25 pièges à éviter »

1. Comment commander légalement ?

Fragilité juridique

Soucieux de laisser la responsabilité aux élus et praticiens des marchés[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS