Abonné

Lorsque les mobilités entrent en collision

Olivier Schneid

Sujets relatifs :

, ,
1 commentaire

1 commentaire

Pian - 15/12/2021 07h:55

Je regrette que les cyclistes et trottinettes n'en fassent qu'à leur tête. Risque de se faire renverser la nuit car beaucoup circulent sans lumière, gilet fluo ou autres signes pouvant les voir clairement sur la chaussée. Par ailleurs, beaucoup utilisent encore les trottoirs ...pas idéal pour les piétons.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Lorsque les mobilités entrent en collision

VeloNantesv2jpg

© Flickr CC by European Cyclists

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

La multiplication des modes de déplacement bouleverse l’espace public urbain. Et impose aux élus locaux de prendre en compte les besoins de chacun, en rendant sa place à un piéton jusque-là souvent délaissé.

«Il y a seulement une vingtaine d’années, on avait la voiture, la marche et les transports en commun. Aujourd’hui, on est confronté à une complexification des usages, observe l’adjoint EELV à la maire de Paris en charge de la transformation de l’espace public, David Belliard. L’offre s’est démultipliée, avec une explosion du vélo et des micromobilités. » Voilà qui illustre la concurrence, croissante, entre ces modes qualifiés d’actifs, parce qu’ils requièrent la force motrice humaine. L’expression recouvre désormais aussi les engins de déplacement personnel motorisés (EDPM), trottinettes et draisiennes électriques, gyropodes ou encore hoverboards. Un marché « très créatif », ironise l’élu parisien, donnant lieu à une occupation désordonnée, pour ne pas dire anarchique, de l’espace public. Résultat : des conflits d’usage qui se multiplient, et un casse-tête à résoudre pour les élus, en particulier ceux de métropoles.

Lille (Nord) a réglé une partie du problème en s’épargnant les « trottinettes[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS