Abonné

Loi anti-« fake news » : quel impact dans les territoires et lors des élections locales ?

Aurélien Hélias
5 commentaires

5 commentaires

Espéranza - 26/01/2018 14h:38

Cette loi doit s'adresser à l'ensemble de la population, sur tout le territoire national... et je dirai même extra-national... les fausses nouvelles sont des faux qui peuvent porter préjudice à tout individu victime de ces rumeurs... mais l'information est souvent sujette à rumeurs du fait de la déformation de compréhension, du fait du nombre de réseaux sociaux et du nombre d'internautes... Parfois l'information tue l'information...

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Ace_85 - 28/01/2018 22h:20

Double problème : 1) ça avantage toujours les partis extrémistes 2)la population raffole de ce type de nouvelles : quand on voit le succès des magazines people...

Répondre au commentaire | Signaler un abus

marlene - 30/01/2018 14h:39

La semaine dernière au marché, j'ai rencontré un commerçant qui me racontait que dans un village d'un département voisin, des personnes avait semé la rumeur de sa mort. Certainement un moyen de récupérer son business. Dans mon village les gens ont plutôt les langues acérées, bien blessantes, se permettant d'éparpiller à tout vent les détails les plus intimes d'un tel ou un tel, exagérant les traits et n'épargnant pas leurs jugements. L'homme est un être social, nous le savons, en France il semble se délecter de propos vaches à l'encontre des autres. (Nous ne sommes pas le seul pays dans ce cas) Mais il pourrait en être autrement, avec un travail à la fois général et personnel : en faisant attention à ne pas salir les autres par notre parole. c'est simple, et banal, comme tourner sept fois sa langue dans sa bouche, etc. Simple mais si difficile, tant notre langue nous démange ! C'est un travail dur, mais nécessaire je pense si l'on souhaite vivre ensemble en paix, mais encore faudrait-il souhaiter la paix

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Marie - 30/01/2018 18h:36

Cette loi ne risquerait-elle pas de réintroduire quelque chose de bien plus dangereux encore : la censure. Qui déterminerait si c'est ou non un fait non réel ? Il faut du temps pour cela, des moyens ? Sans temps ni moyen comment déterminer si l'information est vraie ou fausse ?

Répondre au commentaire | Signaler un abus

vallerie - 31/01/2018 18h:49

Peut-on connaitre le rapport entre les fake news et le travail de Breizh Info à Langourla Madame Denètre ?Vous êtes d'une malhonnêteté ...

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Loi anti-« fake news » : quel impact dans les territoires et lors des élections locales ?

Rumeur

© Adobe/ psdesign1

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

Irrité par des rumeurs qui se sont répandues lors de la campagne présidentielle, Emmanuel Macron veut désormais la création d’une loi anti « fake news ». Le but : lutter contre la propagation de fausses nouvelles au cours des campagnes électorales. Mais ces « informations » qui n’en sont pas ne frappent pas que les grandes figures politiques nationales, elles circulent aussi dans les territoires, visant parfois nommément les maires… Décryptage des potentiels effets de cette future loi pour les élus locaux, notamment en période électorale.

« Fake news », derrière l’anglicisme, un procédé vieux comme la cité : celui de la déstabilisation politique par le mensonge ! Et une méthode dénoncée par le chef de l'Etat lors de ses vœux à la presse le 3 janvier : "nous vivons l’irruption dans le champ médiatique des fausses nouvelles, les fake news, comme on le dit dans le monde anglo-saxon, et des médias qui les propagent. [...] Par une fascination pour une horizontalité absolue, nous avons considéré que toutes les paroles pouvaient en effet se valoir et que la régulation était forcément suspecte d’un choix. Or, ce n’est pas le cas, toutes les paroles ne se valent pas et des plateformes, des fils Twitter, des sites entiers[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS