Abonné

« Les grandes régions ? De nouveaux colosses qui ont toujours des pieds d’argile ! »

Aurélien Hélias

Sujets relatifs :

, ,
« Les grandes régions ? De nouveaux colosses qui ont toujours des pieds d’argile ! »

Romain Pasquier, chercheur au CNRS et à Sciences Po Rennes

© J. Sevrette / Qndia

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

A un mois des élections régionales, quel bilan ont à offrir les régions depuis que la loi « Notre » a renforcé leurs compétences et que plusieurs ont fusionné entre elles au début du mandat écoulé ? Spécialiste du fait régional, le chercheur au CNRS et à Sciences Po Rennes Romain Pasquier dresse un bilan mitigé de leur action...

Quel bilan faites-vous de l’action des régions pour ce premier mandat après la réforme de la carte régionale et la loi « Notre » ?

Elles ont été à la hauteur de ce qu’elles sont : des institutions relativement peu puissantes en France. On pourrait reprendre à leur endroit la formule du prince de Lampedusa : « Il faut que tout change pour que rien ne change »… Les régions ont vu leurs capacités financières très légèrement augmenter en une dizaine d’années et elles ne représentent que 16 % de la dépense publique locale et 3 % de la dépense publique totale. Elargir leur taille foncière n’en a pas fait des Länder allemands, car même le budget des nouvelles grandes régions rapporté à leurs habitants n’a pas augmenté. Les régions ont certes embrassé de nouveaux champs d’action - développement économique, transition écologique, nouvelles mobilités -, mais l’effet levier, la capacité[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS