Abonné

Les contrats de sécurité intégrée sont-ils une plus-value pour les municipalités ?

Aurélien Hélias
Les contrats de sécurité intégrée sont-ils une plus-value pour les municipalités ?

Signature du contrat de sécurité intégrée de Nantes

© T.Mezerette - Ville de Nantes

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

Initiés par Jean Castex, ces partenariats renforcent le rôle de l’Etat en matière de sécurité urbaine en échange de plus de vidéosurveillance et de policiers municipaux. Coopération bienvenue ou chantage aux moyens ? Emilion Esnault, adjoint au maire (LR) à la sécurité à Toulouse, et Roger Vicot, maire (PS) de Lomme (Nord) et président du Forum français pour la sécurité urbaine, en débattent.

« Nous allons ajouter 100 caméras de surveillance. Mais nos engagements n’ont pas été déterminés par l’Etat, c’est le fruit d’une discussion »

Emilion Esnault, adjoint au maire (LR) à la sécurité à Toulouse
« Nous avons été la première ville à signer ce contrat, car cela fait des années que le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc demande au ministère de l’Intérieur et au Premier ministre des effectifs de police. Il l’a redit à Jean Castex, en demandant 150 policiers nationaux supplémentaires. Ce contrat de sécurité intégrée contractualise cet engagement commun de l’Etat et de notre ville. Notre principale action sera d’augmenter de 100 le nombre de caméras dans la ville. Nous en avons aujourd’hui 440, mais nos engagements n’ont pas été déterminés par l’Etat. Ils sont le fruit d’une discussion.

La[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS