Abonné

Les collectivités invitées par le « Shift Project » à faire plus pour décarboner leurs administrations

Aurélien Hélias

Sujets relatifs :

, ,
Les collectivités invitées par le « Shift Project » à faire plus pour décarboner leurs administrations

Gaz à effet de serre et décarbonation

© Adobe stock

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

Dans la foulée de son rapport sur la transition écologique dédié aux collectivités, le think-tank présidé par Jean-Marc Jancovici persiste et signe : les administrations publiques locales pourraient bien davantage décarboner leur organisation et leur action. Politique d’investissement, formation et statut des fonctionnaires territoriaux, conditionnalité des subventions, flotte automobile… le « Shift Project » multiplie les pistes à destination des collectivités locales.

L’affaire est entendue : pour le « Shift Project », il y a au moins 5,9 millions de bonnes raisons de se pencher plus spécifiquement sur la décarbonation des administrations publiques. 5,9 millions comme le nombre d’agents publics en France, dont 1,9 millions dans les collectivités locales. « Il y a un devoir d’exemplarité », insiste Jean-Guillaume Bretenoux, chef de projet Administration publique au « Shift Project », ce think-tank de Jean-Marc Jancovici qui s’est donné comme mot d’ordre de « libérer l’économie de la contrainte carbone » issue des activités émettrices de gaz à effets de serre responsables du réchauffement climatique. « Si l’administration se décarbone, elle sera plus légitime pour mener celle de toute la société, mais[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS