Abonné

Les associations d’intermédiation locative, un pied à l’étrier pour se loger

Les associations d’intermédiation locative, un pied à l’étrier pour se loger

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

Mesure forte du plan « Logement d’abord » de 2018, l’intermédiation locative (IML) reste mal connue des acteurs territoriaux des politiques de logement. Ce dispositif permet de mobiliser maisons et appartements du parc locatif privé à des fins sociales. A la clé, des avantages pour le propriétaire mais aussi de nombreux atouts pour la collectivité. A condition de s’entourer de spécialistes.

Petit à petit, l’intermédiation locative (IML) fait son nid… Ou plutôt ses nids, avec 28 400 places créées depuis début 2018, à la faveur du plan Logement d’abord, qui avait fixé un cap à 40 000 d’ici fin 2022. 71 % de l’objectif est ainsi atteint. Mais ce nombre double quasiment le parc IML financé par l’Etat. Sans compter les places financées par les collectivités, principalement les conseils départementaux, qui sont difficiles à chiffrer faute de remontées exhaustives. « Le mérite de ce plan a été d’acculturer les collectivités à cet outil méconnu », constate Michel Pelenc, directeur général de la Soliha (Solidaire pour l’habitat).

Pas de concurrence. Ce dispositif d’IML correspond à une mobilisation du parc privé à des fins sociales. Il permet de sécuriser et de simplifier la relation entre le[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS

Nous vous recommandons

« La santé est devenue, pour un temps au moins, l’affaire de tous ! »

« La santé est devenue, pour un temps au moins, l’affaire de tous ! »

Particulièrement actives durant la pandémie de Covid-19, les collectivités ne disposent toujours pas de « compétence » en santé en bonne et due forme, après la promulgation de la loi 3DS. Plusieurs associations d’élus, maires et...

Gouvernement Borne : les territoires et l’écologie écartelés entre quatre ministères

Gouvernement Borne : les territoires et l’écologie écartelés entre quatre ministères

Gouvernement Borne : 27 ministres dont seulement la moitié de nouveaux visages

Gouvernement Borne : 27 ministres dont seulement la moitié de nouveaux visages

Mieux - surtout pas moins - d’Etat dans le système de santé rêvé des élus locaux

Mieux - surtout pas moins - d’Etat dans le système de santé rêvé des élus locaux

Plus d'articles