Le volet « transport » du nouveau Grand Paris apprécié des élus du GART

La rédaction

Le Premier ministre a présenté, le 6 mars 2013, son projet de Grand Paris devant les élus franciliens. Au menu, logement, gouvernance et transport. C'est ce dernier point qui semble avoir reçu le plus d'assentiments de la part des élus, notamment du côté du Groupement des autorités responsables de transport (GART).

D'abord, le Premier ministre a présenté un calendrier de mise en œuvre ambitieux, prévoyant le début des premiers travaux en 2015 et une mise en service générale de toutes les nouvelles lignes en 2030.

En toile de fond, il propose que le « Plan de mobilisation des transports » de la région Ile-de-France et le projet Grand Paris Express (GPE) lancé sous l'ère Sarkozy, soient menés de front. Le GART se félicite de cette articulation « qui sera de nature à améliorer à moyenne échéance le quotidien des franciliens ».

Près de 30 milliards

Mais la question du financement se pose évidemment. Le Premier ministre a en effet rappelé que le projet de Grand Paris Express, initialement évalué à 20 milliards d'euros, devrait coûter finalement 29,5 milliards.

Où trouver cette somme ? La taxe locale sur les bureaux dont bénéficie aujourd'hui la Société du Grand Paris, maitre d'œuvre du projet, sera déplafonnée. Par ailleurs, les prélèvements qu'elle subissait au bénéfice de l’ANRU seront arrêtés. Ont été aussi évoquées la taxe sur les nuitées d'hôtel ou une hausse du versement transport.

Hausse des amendes

Les collectivités seront aussi sollicitées, à hauteur de 225 millions d'euros. Pour les y aider, le tarif des amendes de stationnement pourrait être revu à la hausse, passant de 17 euros à 35 euros. Le GART salut cette « solution innovante en matière de financement ».

« Cette mesure qui n'a pas vocation à rester cantonnée à l'Ile-de-France, doit contribuer à la modernisation et au développement des réseaux de transport public », insiste le GART qui milite depuis longtemps en faveur de la décentralisation du stationnement de surface, ce qui n'est toutefois pas encore à l'ordre du jour.

Recevez vos newsletters gratuitement

FORMATIONS