Abonné

Le revenu de base, une idée peut-être pas si chère...

Rouja Lazarova
Le revenu de base, une idée peut-être pas si chère...

Pauvreté

© Adobe

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

En pleine crise sanitaire mais aussi sociale, de nombreux élus locaux et départementaux mais aussi parlementaires appellent à expérimenter un revenu de base. Depuis près de deux ans, la ville de Grande-Synthe (Nord) teste un minimum social garanti (MSG). Et commence à en évaluer les effets.

Une aide sociale « locale » conditionnée à la signature d’un contrat d’engagement, afin de compléter les revenus des ménages vivant sous le seuil de pauvreté ? C’est le principe du minimum social garanti (MSG), testé par la mairie de Grande-Synthe depuis avril 2019 en parallèle d’un revenu de transition écologique.

 Sur les 574 foyers ayant bénéficié du MSG durant sa première année d’expérimentation, 80 % déclarent que l’allocation leur permet d’envisager l’avenir plus sereinement. « L’accompagnement social s’est vite révélé comme le principal enjeu. Nous avons renforcé l’équipe d’assistantes sociales. Leur objectif est de construire des parcours, pas seulement professionnels, car il n’y a pas de travail pour tout le monde, surtout en période de crise, mais un parcours de vie. Cela redonne du sens », estime le maire (PS) Martial Beyaert.

Lire aussi : "Face à la crise sociale, ces politiques qui imaginent des[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS