Abonné

Le retrait d’une commune de son intercommunalité, équation complexe

Auteur associé

Sujets relatifs :

, ,
Le retrait d’une commune de son intercommunalité, équation complexe

Carte intercommunalités de la DGCL

© IGN 2017

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

Quitter un EPCI implique de suivre une procédure précise, déterminée en amont. Les modalités financières et patrimoniales du retrait laissent une large part à la négociation. Mais, attention, depuis la loi « engagement et proximité » et son décret d’application, une étude d’impact préalable est obligatoire !

Par Anne Gardère, avocate au barreau de Lyon

1- Des procédures à choix multiples

Le retrait d’une commune d’une communauté urbaine ou d’une métropole est prohibé par l’article L. 5211-19 du CGCT. En revanche, il reste possible pour les autres EPCI, selon la procédure de droit commun ou des procédures spécifiques, variables selon la catégorie d’EPCI, sous réserve de ne pas remettre en cause les critères démographiques, ou de territoire d’un seul tenant et sans enclave, propre à chaque catégorie.

La procédure de droit commun

Applicable à l’ensemble des EPCI éligibles, cette procédure se déroule en plusieurs étapes. Depuis la loi de finances rectificative pour 2016, elle n’est plus subordonnée à l’achèvement de la période d’unification des taux pour les EPCI à fiscalité professionnelle unique.

La commune qui souhaite se retirer doit adopter une délibération en ce sens, qui n’a pas, en droit, à être[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS