Abonné

Le premier tour des municipales attaqué sous tous les angles juridiques

Aurélien Hélias
Le premier tour des municipales attaqué sous tous les angles juridiques

Conseil_constitutionnel_fronton-peristylev2

© Conseil constitutionnel

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

Le Conseil constitutionnel a été saisi de deux questions prioritaires de constitutionnalité remettant en cause la légitimité de la tenue du premier tour. Faible taux de participation et délai très long entre les deux tours sont notamment mis en cause.

Un seul tour mais déjà deux questions prioritaires de constitutionnalité s’attaquant, sous des angles divers, à la légitimité de sa tenue…. Le premier tour des municipales qui s’est déroulé le 15 mars en plein début de crise sanitaire fait l’objet d’une contestation protéiforme. D’abord via la QPC transmise par le tribunal administratif de Nice au Conseil d’Etat le 20 avril, qui l’a lui-même transféré au Conseil constitutionnel le 25 mai. Soulevée dans le cadre d’une demande d’annulation des élections à La Brigue, village de 800 âmes niché dans les Alpes-Maritimes, cette QPC remet en cause l’article 19 (I, III et IV) de la loi du 23 mars 2020 d’urgence « Covid-19 » qui repoussa la tenue du second tour « au plus tard au mois de juin » - le 28 juin in fine - tout en validant les résultats issus du 15 mars.

Les "conditions particulières" du scrutin épinglées

Soit un délai de 15 semaines entre les deux tours qui méconnaîtrait, selon les requérants, les principes de[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS