Abonné

Le pouvoir des investitures ou la tentation de s’attacher la loyauté des futurs députés

Emilie Denetre
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Le pouvoir des investitures ou la tentation de s’attacher la loyauté des futurs députés

© Adobe / Danielle Bonardelle

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

Certains partis politiques font signer des « chartes » aux candidats aux législatives investis par leurs soins. Sous couvert du respect de certaines valeurs, ces documents – sans valeur juridique contraignante – permettent de s’arroger la loyauté des potentiels futurs représentants de la Nation. Une « discipline » de groupe peut-être nécessaire d’un strict point de vue politique mais qui peut aussi accélérer l’affaiblissement du Parlement et accentuer la crise démocratique. Anciens députés et chercheurs mettent en garde, à moins de trois semaines du premier tour des élections législatives 2022.

Va-t-on assister à l’élection, les 12 et 19 juin prochains, d’une nouvelle assemblée de députés « godillots » ? Cette critique qui avait déjà fleuri au cours de la précédente législature avec l’irruption aussi soudaine que massive des « Marcheurs » d’Emmanuel Macron n’est évidemment pas anodine, tant elle questionne la fonction et le rôle du Parlement dans le système démocratique français. Et si l’expression « godillots » fait explicitement référence aux 206 députés membres de l’UNR, le parti du général De Gaulle, ce n’est évidemment pas un hasard !

En 1958 tout comme en 2017, les futurs députés de la majorité[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS

Nous vous recommandons

Changer de regard sur la vieillesse, un enjeu d’autonomie et d’inclusion

Changer de regard sur la vieillesse, un enjeu d’autonomie et d’inclusion

La pyramide des âges ne ment pas. En 2040, les plus de 75 ans représenteront 15% de la population française. Tant mieux, nous disent des associations représentant les seniors, des chercheurs et des élus en charge des personnes âgées,...

Réforme des retraites : vent de colère dans les villes petites et moyennes

Réforme des retraites : vent de colère dans les villes petites et moyennes

Deux parlementaires chargés de doper les Maisons France services

Deux parlementaires chargés de doper les Maisons France services

La prévention, ce talon d'Achille des politiques du vieillissement

La prévention, ce talon d'Achille des politiques du vieillissement

Plus d'articles