Le palmarès des villes moyennes les plus attractives pour les piétons

Le palmarès des villes moyennes les plus attractives pour les piétons

Population, démographie

© Adobe

Quelles villes moyennes attirent – et retiennent – le plus les chalands ? Villes de France s’est associée à une start-up pour dresser le top 30 des centre-villes les plus attractifs pour les piétons, et par conséquent, celles qui ont le plus résisté à la crise. L’association d’élus en déduit plusieurs principes à même de guider les élus de ces agglomérations non-métropolitaines pour doper la fréquentation de leurs cœurs de ville.

On connaissait le palmarès des villes cyclables, voici venir celui des villes piétonnes. Ou plus exactement le palmarès « des centres-villes dynamiques » qui s’est penché sur toutes les villes de moins de 100 000 habitants, hors zone métropolitaine, villes touristiques et d’outre-mer, pour éviter les biais liés au statut de la ville ou à sa proximité avec une métropole. Un baromètre réalisé via l’analyse par la start-up Mytraffic des données de géolocalisation des applications mobiles, récoltées par les applications lorsque l'utilisateur a donné son accord, et en partenariat avec l’association Villes de France.

Et c’est Villefranche-sur-Saône, un peu plus de 36 000 âmes dans le Rhône, qui l’emporte avec 2,5 millions de passages mensuels en moyenne dans le centre-ville entre mars 2020 et janvier 2021. Suivent Chambéry (58 833 habitants, Savoie) avec 2,1 millions de passages puis Pau (76215 hab., Pyrénées-Atlantiques) avec 1,82 million de passages en cœur de ville.

Palmarès Mytraffic-Villes de France des centres-villes dynamiques

De manière générale, les villes trustant les 30 premières place de ce palmarès « ont affiché entre mars 2020 et janvier 2021 un flux moyen équivalent à 76 % de leur niveau pré-Covid malgré deux confinements, un couvre-feu et des fermetures de restaurants et sites culturels. Cette résilience s’explique par des effets rebond observés à l’été 2020", décryptent la start-up et l’association d’élus.

Lire aussi : « Action Cœur de Ville » : 2021, année du rebond… et des investisseurs privés

Les Hauts-de-France et l’ex-région Rhône-Alpes concentrent une moitié des 30 villes distinguées.  De quoi se rassurer sur l’attractivité de ces agglos non-métropolitaines ? Villes de France en est persuadée : « La fréquentation piétonne est le révélateur plus global de l’attractivité des territoires – ainsi on observe une corrélation systématique entre le niveau de trafic visiteurs et d’autres indicateurs de dynamisme comme la vacance commerciale (de nombreuses villes ont réduit cette vacance de 20% à 50 % depuis 10 ans) ou la croissance démographique - la ville d’Arras a par exemple regagné des habitants en 2020 après des décennies d’érosion », développe-t-elle.

Cinq critères d'attractivité des villes piétonnes

Pour les auteurs de l’étude, cinq critères ont favorisé l’attractivité des centre-villes dans cette trentaine de villes moyennes :

  • La reconcentration des activités « pour créer une masse critique susceptible d’attirer les flux » ;
  • L’équilibre entre accessibilité et pacification du centre-ville, à savoir que « les villes les plus dynamiques sont celles qui facilitent à la fois l’accès et le stationnement en voiture – création de parkings, tarification incitant à la rotation des véhicules – tout en développant des zones piétonnes ou des zones 20 km/h avec des mobilités mixtes (piétons, vélos, voitures à vitesse limitée) » ;
  • La rénovation du patrimoine historique permettant « un accroissement du flux touristique, un embellissement de l’espace et un effet d’entraînement pour le quartier » ;
  • Le recours à des managers de centre-ville pour piloter cette attractivité et/ou l’utilisation de foncières publiques « pour racheter des cellules commerciales dans le but de les rénover et les louer à prix attractif » ;
  • et enfin un tissu de commerçants « proactifs » proposant notamment des animations.

Recevez vos newsletters gratuitement

FORMATIONS

Nous vous recommandons

« Habitat inclusif » : les alternatives aux maisons de retraite ont le vent dans le dos

« Habitat inclusif » : les alternatives aux maisons de retraite ont le vent dans le dos

Accueil familial, béguinage, colocations, logements partagés ou regroupés avec espaces communs, habitat intergénérationnel, etc… De plus en plus d’associations, collectivités et entreprises se positionnent sur le créneau porteur...

Du robinet des ménages à l’irrigation des champs, comment éviter la panne sèche ?

Du robinet des ménages à l’irrigation des champs, comment éviter la panne sèche ?

Coupures d’électricité : les élus locaux s’inquiètent de délestages annoncés trop tardivement

Coupures d’électricité : les élus locaux s’inquiètent de délestages annoncés trop tardivement

La bonne santé financière en trompe-l’œil des petites villes

La bonne santé financière en trompe-l’œil des petites villes

Plus d'articles