Abonné

Le maire qui voulait arrêter les ours

Auteur associé
Le maire qui voulait arrêter les ours

Ours

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

Quel intérêt un maire a-t-il à prendre un arrêté interdisant à des animaux sauvages de déambuler sur le territoire de sa commune ? Se protéger juridiquement autant qu’attirer l’attention des pouvoirs publics sur les effets néfastes - pour la sécurité, la tranquillité publique et l’élevage ovin - d’une mesure environnementale a priori louable : la réintroduction d’une espèce.

Par Jean-Louis Vasseur, avocat, cabinet Seban et associés

Début août, le maire d’un petit village des Pyrénées interdisait aux ours, par arrêté, de déambuler sur le territoire communal. « Est interdite [leur] divagation sur tout le territoire de la commune d’Ustou. » Mais à qui s’adresse-t-il ? Aux plantigrades eux-mêmes qui sauraient lire les arrêtés affichés en mairie ? On imagine mal un garde champêtre sommant l’animal, réintroduit dans le massif depuis vingt ans, de renoncer à la divagation, même sous la menace d’une amende ! Quand bien même, au Moyen Age, il arrivait que des animaux soient condamnés…

L’arrêté évoque pourtant des motifs sérieux : ainsi, la commune, qui n’a jamais été consultée avant la décision de réimplantation des ours dans les Pyrénées, a vu arriver chez elle plusieurs fois ce « grand prédateur […][…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS