Abonné

Le foncier, nerf de la guerre pour répondre à la demande pressante de logements

Nathalie Da Cruz
Le foncier, nerf de la guerre pour répondre à la demande pressante de logements

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

Argument souvent avancé par les maires qui ont du mal à construire : la rareté et le coût excessif du foncier. Constituer des réserves sur le long terme est une des solutions. Négocier en est une autre.

L’anticipation est de mise : les collectivités ont tout intérêt à « maîtriser » le foncier, c'est-à-dire acheter des terrains le plus en amont possible, pour les réserver à la construction de logements. Pour cela, les Etablissements publics fonciers (EPF), qu’ils soient d’Etat (régionaux) ou locaux, sont des appuis de taille.

Les collectivités sont libres d’y adhérer ou non en signant une convention. Certaines refusent, car cela implique de verser un impôt à cet établissement, et elles préfèrent préempter directement. Ainsi, jusqu’en 2019, Bordeaux métropole n’avait pas signé de convention avec l’EPF régional : « C’était la volonté de la précédente mandature, s’étonne Stéphane Pfeiffer, adjoint au logement. Depuis deux ans donc, l'agglo adhère à l’EPF régional, lequel accompagne la ville et la métropole pour identifier du foncier disponible, pour le préempter. » Maire (Horizons) de Saint-Berthevin (Mayenne, 7 600 hab.), dans l’agglo de Laval, Yannick Bordes s’appuie sur des outils similaires :[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS

Nous vous recommandons

« La santé est devenue, pour un temps au moins, l’affaire de tous ! »

« La santé est devenue, pour un temps au moins, l’affaire de tous ! »

Particulièrement actives durant la pandémie de Covid-19, les collectivités ne disposent toujours pas de « compétence » en santé en bonne et due forme, après la promulgation de la loi 3DS. Plusieurs associations d’élus, maires et...

Gouvernement Borne : les territoires et l’écologie écartelés entre quatre ministères

Gouvernement Borne : les territoires et l’écologie écartelés entre quatre ministères

Gouvernement Borne : 27 ministres dont seulement la moitié de nouveaux visages

Gouvernement Borne : 27 ministres dont seulement la moitié de nouveaux visages

Mieux - surtout pas moins - d’Etat dans le système de santé rêvé des élus locaux

Mieux - surtout pas moins - d’Etat dans le système de santé rêvé des élus locaux

Plus d'articles