Abonné

Le bilan de mi-mandat, un exercice pas si symbolique que ça

jmoulin
Le bilan de mi-mandat, un exercice pas si symbolique que ça

L'exercice du mandat

© Flickr/YLegrand

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

Bientôt le printemps…. Faire le point sur son action à mi-parcours permet de confronter la pertinence de ses politiques aux attentes des citoyens. Au-delà du jeu de la transparence démocratique, c’est l’occasion, si besoin, de rectifier le tir.

Parmi les Français sondés par l’Institut CSA et l’agence Epiceum en 2011 (dans « Les Français et la communication locale », en partenariat avec Cap’Com, 2011), 90 % déclaraient vouloir être informés sur l’état d’avancement des engagements de leur maire à mi-mandat. Si la question n’a pas été reposée depuis, l’attente des citoyens en la matière ne fait guère plus de doute aujourd’hui. Même si « le fort développement de la concertation enlève un peu d’importance au bilan de mi-mandat », estime Jean-Paul Bret, maire de Villeurbanne (Rhône). Ce que confirme, en pratique, Jean-Paul Lotterie, maire de Montpon-Menesterol (Dordogne) : « Nous ne faisons pas de point spécifique à mi-mandat, puisque nous organisons deux réunions publiques par an durant lesquelles chaque adjoint présente son bilan. »

Un retour sur engagements

« Pour moi, c’est une exigence démocratique que de confronter l’exercice de son mandat aux promesses de campagne. Même si, globalement, les gens les ont[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS