Abonné

Le bâtisseur du nouveau Carnoux veut parachever son œuvre

Aurélien Hélias
Le bâtisseur du nouveau Carnoux veut parachever son œuvre

Jean-Pierre Giorgi, maire (SE) de Carnoux-en-Provence, devant "son" nouvel Hotels de ville

© C. Almodovar / Courrier des maires

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

A 74 ans, Jean-Pierre Giorgi entame son dernier mandat de maire (sans étiquette) de Carnoux-en-Provence. Visite guidée dans cette terre des Bouches-du-Rhône aux accents pieds-noirs qu’il a redessinée rue après rue.

09h00 / Jeune commune, marché historique

Comme chaque semaine, monsieur le maire fait un tour sur le marché, avenue du Maréchal-Juin, sur le fameux mail qui voit passer chaque jour plus de 20 000 véhicules entre Cassis et Aubagne. « Carnoux a été créée en 1966 par des Français revenus du Maroc, d’Algérie et de Tunisie. Elle est la 119commune des Bouches-du-Rhône et une des dernières nées de France ! », aime à rappeler Jean-Pierre Giorgi, 74 ans, réélu non-stop depuis 2001. Là où s’étale traiteurs et marchands de légumes se trouvait le chemin de terre qui menait à la bastide du XVIIsiècle autour de laquelle allaient s’implanter les « pieds noirs ». « En 2001, il n’y avait pas de centre. Nous avons fait appel à un urbaniste. 20 ans plus tard, on a des commerces, un marché, un parc… C’est vivant. » En 2020, les habitants l’ont réélu au 1er tour avec 67,48 % des voix.

10h / La mairie, « cerise sur le gâteau »

[caption id="attachment_96066" align="alignright" width="300"] Jean-Pierre Giorgi, maire[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS