Abonné

Lanceurs d’alerte : les devoirs des collectivités

Aurélien Hélias
Lanceurs d’alerte : les devoirs des collectivités

Vie politique : les règles de la transparence

© T. I. F

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

Les collectivités locales de plus de 10 000 habitants et les EPCI comptant au moins une commune de plus de 10 000 âmes sont tenus, d’ici le 1er janvier 2018, conformément à la loi Sapin 2 et à son décret d’application, d’instituer une procédure de recueillement des signalements. Le point sur le cadre juridique de ce nouveau dispositif et les obligations des collectivités vis-à-vis des lanceurs d’alerte.

Par Elise Humbert, avocate à la cour, SCP Seban et associés

1 - Recueillir les signalements

Les collectivités locales sont tenues de mettre en place la procédure de recueil des signalements qu’elles jugeront la plus adaptée, au plus tard le 1er janvier 2018, conformément à la loi n° 2016-1691 sur la transparence, la lutte contre la corruption et la modernisation de la vie économique du 9 décembre 2016.

Encadrement. Une certaine liberté leur est accordée pour fixer le cadre opérationnel de cet outil mis à disposition de leurs personnels et collaborateurs occasionnels. L’option de la mutualisation leur est même ouverte, sous réserve toutefois de respecter les règles fixées par le décret n° 2017-564 du 19 avril 2017, et notamment :
• une identification expresse du référent susceptible de recevoir les alertes, lequel pourra[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS