Abonné

La voiture n’est plus taboue et le train revient en force chez les candidats à l’Elysée

Emilie Denetre
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

La voiture n’est plus taboue et le train revient en force chez les candidats à l’Elysée

© Adobe/Michael Flippo

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

Le think tank TDIE (transport développement intermodalité environnement) a rendu public le 24 mars les réponses de sept des candidats à la présidentielle sur les questions de mobilité. La voiture n’apparaît plus comme un sujet clivant. Quant au train, il est le grand gagnant du cru 2022. Reste la question du financement sur laquelle les candidats rivalisent de propositions.

C’est l’une des principales différences entre les contributions faites en 2017 et celles de 2022 : le consensus partagé sur l’urgence climatique, note Philippe Duron, co-président du think tank dédié aux mobilités qui a interrogé les prétendants à la magistrature suprême sur les enjeux de mobilités.

Autre évolution notable : la place de la voiture dans les plans « transport » imaginés par les sept candidats qui se sont prêtés au jeu : Nathalie Arthaud, Anne Hidalgo, Yannick Jadot, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon, Valérie Pécresse et Fabien Roussel.

Oui à la voiture, si elle est électrique

Conséquence directe de la crise des Gilets jaunes, aucun des répondants ne remet aujourd’hui en cause la place de la voiture individuelle dans le paysage français et tous axent leur future politique « mobilités » vers la décarbonation de ce mode de[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS

Nous vous recommandons

« La santé est devenue, pour un temps au moins, l’affaire de tous ! »

« La santé est devenue, pour un temps au moins, l’affaire de tous ! »

Particulièrement actives durant la pandémie de Covid-19, les collectivités ne disposent toujours pas de « compétence » en santé en bonne et due forme, après la promulgation de la loi 3DS. Plusieurs associations d’élus, maires et...

Gouvernement Borne : les territoires et l’écologie écartelés entre quatre ministères

Gouvernement Borne : les territoires et l’écologie écartelés entre quatre ministères

Gouvernement Borne : 27 ministres dont seulement la moitié de nouveaux visages

Gouvernement Borne : 27 ministres dont seulement la moitié de nouveaux visages

Mieux - surtout pas moins - d’Etat dans le système de santé rêvé des élus locaux

Mieux - surtout pas moins - d’Etat dans le système de santé rêvé des élus locaux

Plus d'articles