Abonné

« La reconstruction de Notre-Dame n’est pas un marathon »

Aurélien Hélias

Sujets relatifs :

, ,
« La reconstruction de Notre-Dame n’est pas un marathon »

La cathédrale Notre-dame de Paris, avant l'incendie du 15 avril 2019 ayant ravagé la toiture et détruit la flèche

© Adobe /Jphoto4956

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

L’incendie de Notre-Dame de Paris a remis au cœur de l’actualité les édifices religieux du patrimoine français. De moins en moins fréquentées, les 42 000 églises représentent un poids pour nombre de communes, souvent incapables d’assumer le coût subi de ces monuments qui dépérissent. Mais des solutions existent pour faire revivre ces édifices qui se sécularisent comme l’explique Benjamin Charvadès, architecte et maître de conférence à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Lyon (Ensal), spécialiste du patrimoine religieux.

Restaurer à l’identique, proposer un projet contemporain… Depuis l’incendie de Notre-Dame, la reconstruction de la flèche cristallise les débats. Qu’en pense l’architecte ?

Benjamin Charvadès : Les enjeux vont au-delà de la flèche et concernent l’édifice dans son ensemble. L’appel que nous avons signé avec 1 170 autres experts demande au président de la République de prendre son temps. Celui de la politique n’est pas celui du patrimoine, la reconstruction de Notre-Dame n’est pas un marathon et il est trop tôt pour se prononcer sur un échéancier de reconstruction. L’édifice est gorgé d’eau, sa structure fragilisée. C’est le moment de faire en sorte qu’elle ne s’écroule[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS