Abonné

« La reconfiguration de la vie politique française s’est invitée à l’AMF »

« La reconfiguration de la vie politique française s’est invitée à l’AMF »

David Lisnard et Emmanuel Macron

© Lafargue Raphael/ABC/Andia.fr

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

Comment interpréter la campagne mouvementée, qui a porté David Lisnard (LR) à la tête de l'AMF alors que l'Elysée était soupçonnée de soutenir son challenger, Philippe Laurent ? Maître de conférences en sciences politiques à Rennes 2, Thomas Frinault replace la guerre de succession "féroce" qui s'est jouée à la tête de l'association faîtière du bloc local dans le contexte politique et institutionnel post-2017 : l'absence d'ancrage territorial du parti présidentiel, La République en Marche, et la fin - avec la quasi-interdiction du cumul des mandats - de la "République des maires". Ce politiste et sociologue décrypte également les jeux de concurrence intenses qui opposent les associations d'élus au pouvoir national mais aussi parfois entre elles.

Avez-vous été surpris par l’intensité de la guerre de succession pour la présidence de l’AMF ? 

Le renouvellement des instances de l’Association des maires de France s’est toujours fait, historiquement, de manière assez feutrée. On aurait pu s’attendre à ce que François Baroin passe le relais de manière consensuelle à Philippe Laurent – légitime de par son investissement à l’AMF comme d’autres associations et instances impliquées dans les affaires locales. Mais ça,[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 4 76 65 93 78 (du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@territorial.fr