Abonné

« Là où on n’impose pas la parité, elle ne s’impose pas d’elle-même »

Aurélien Hélias

Sujets relatifs :

, ,
« Là où on n’impose pas la parité, elle ne s’impose pas d’elle-même »

Elodie Jacquier-Laforge, députée (Modem) de l’Isère

© E.J.L.

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

Le législateur s’était engagé à légiférer d’ici au 31 décembre pour renforcer la parité dans les mandats électifs. C’est l’objet de la proposition de loi déposée par Elodie Jacquier-Laforge, corapporteure d’une mission flash sur le sujet qui préconisait, le 6 octobre 2021, de remédier aux zones blanches qui demeurent en termes de parité dans les mandats locaux. Entretien avec la députée (Modem) de l’Isère.

Pourquoi choisir la voie de la généralisation du scrutin de liste à toutes les communes, aujourd'hui réservé à celles de plus de 1 000 habitants ?

Le constat partagé est celui-ci : là où on n’impose pas la parité, elle ne s’impose pas d’elle-même. L’instaurer partout, en supprimant tout seuil pour le scrutin par liste paritaire, est à la fois une volonté des associations d’élus et cela a la vertu de la lisibilité tant pour les personnes qui sont actuellement élues et qui souhaitent d’ores et déjà repartir en 2026 en leur fixant le cadre, que pour les femmes, notamment en milieu rural, à qui nous enverrons ce message : elles ont toute leur place dans les conseils municipaux.

Certains évoquent la difficulté de trouver des femmes pour se présenter dans les territoires ruraux...

Les associations d’élus[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS