Abonné

« La grand-messe républicaine n'aurait rien à craindre d'un vote anticipé par correspondance »

Aurélien Hélias
« La grand-messe républicaine n'aurait rien à craindre d'un vote anticipé par correspondance »

Eric Kerrouche, sénateur (PS) des Landes

© Sénat

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

Dans six semaines se tiendront les élections régionales et départementales, avant la présidentielle dans un an. Jugeant que le gouvernement n’a pas suffisamment modernisé les modalités de vote pour ces trois scrutins, le sénateur PS des Landes Eric Kerrouche ambitionne de le faire pour l’ensemble des élections et référendums.

Comment jugez-vous l’organisation des élections à venir ?

Le gouvernement a refusé de mettre en place les évolutions électorales nécessaires pour les régionales et départementales, pourtant mises en place dans d’autres pays européens. Nous nous sommes appuyés sur des textes que j’avais déposés, avec le groupe, sur les municipales et la présidentielle, pour faire une synthèse. Nous proposons un étalement du vote, par anticipation, sur trois jours ; et par correspondance, mais pour les élections ultérieures aux régionales, puisque l’exécutif a raté le coche en novembre pour instaurer cette procédure.

Des adaptations électorales sont-elles encore possibles pour doper la participation aux élections locales ?

L’étalement du vote sur trois jours est encore possible. En Bavière, le gouvernement fédéral a organisé les choses en moins d’un mois. On nous dira que ce sera compliqué bureaucratiquement,[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS