La « Garantie jeunes » dans les quartiers prioritaires : un premier bilan du CGET

Aurélien Hélias
La « Garantie jeunes » dans les quartiers prioritaires : un premier bilan du CGET

Jeunes, emploi

© Phovoir

72 départements expérimentent à ce jour la Garantie jeunes, dispositif d’insertion et d’accompagnement vers la vie active. Avec pour objectif d’atteindre 100 000 bénéficiaires en 2017, dont 21 % de jeunes résidents des quartiers prioritaires de la politique de la ville. Le Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET) fait le point sur le déploiement de ce dispositif visant à lutter contre les inégalités dans l’accès à l’emploi et à lever les obstacles auxquels font face les jeunes dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville.

Dans sa dernière publication "En bref" diffusée le 28 octobre, le Commissariat général à l’égalité des territoires fait le point sur l'avancée dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville de la Garantie jeunes.

A lire. La publication du CGET: "Le déploiement de la garantie jeunes dans les territoires, une opportunité pour les jeunes des quartiers prioritaires ».

L'occasion de faire un premier bilan chiffré du déploiement territorial de ce dispositif :

  • 75% des départements métropolitains (72 sur les 96) expérimentent à ce jour la Garantie jeunes dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV). Seul le département de la Lozère n’accueille pas de QPV sur son territoire.
  • 20 000 jeunes ont intégré le dispositif Garantie jeunes au 30 juin 2015. Celui-ci prévoit un accompagnement à dimension collective avec un « sas de remobilisation », un accompagnement personnalisé pendant 1 an et une multiplication des mises en situations professionnelles, le tout encadré par les Missions locales.
  • 12,5% des 18-25 ans n’étant ni dans l’emploi ni en formation résident dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville.
  • 21% de bénéficiaires de la Garantie jeunes résidant en quartier prioritaire : c’est l’objectif que s’est fixé le gouvernement pour prendre en compte la proportion des jeunes sans emploi ni formation et en situation de grande précarité, soit 30% des 18-25 ans dans les QPV.
  • 461 euros : le montant de l’allocation forfaitaire mensuelle de la Garantie jeunes à laquelle peut s’ajouter l’aide au logement.
  • 230 conseillers dédiés doivent être mobilisés par Pôle emploi pour accompagner les bénéficiaires de la Garantie jeunes dans les agences situées en QPV ou à proximité afin de favoriser l’accès à une première expérience professionnelle.

Recevez vos newsletters gratuitement