Abonné

La consigne du verre doit encore prendre de la bouteille

Sylvie Luneau
La consigne du verre doit encore prendre de la bouteille

verre_consigne-une

© nfrPictures / Adobestock

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

Une étude de l’Ademe publiée fin 2018 confirme les bénéfices environnementaux et économiques de la consigne du verre. Mais peu de territoires se sont lancés. Dans le Nord, le Siaved a pourtant rencontré un certain succès : 475 tonnes de verre de 2016 à 2018, soit 3 000 contenants en moyenne par jour

Pourquoi

Pratiquée en France jusque dans les années 1990, la consigne existe encore dans nombre de pays. Le même verre peut être réutilisé plusieurs dizaines de fois. Sa collecte représente 50 % du poids des déchets ménagers collecté par an et par habitant. Il y a plus de vingt ans, le Syndicat interarrondissement pour la valorisation et l’élimination des déchets (Siaved) a initié une collecte du verre en porte-à-porte. Une collecte plus efficace que l’apport volontaire, mais qui coûte très cher.

Comment

Dans le cadre du programme Boréal (Baisse des ordures résiduelles par l’action locale) 2011-2015, le Siaved avait lancé une étude en 2011 : 78 % des sondés étaient prêts à rapporter leur verre. La première machine fut mise en place fin 2015 à Denain sur le parking d’un supermarché. Elle récupère tous les verres (bocaux, pots, etc.). Il ne s’agit plus de consigne (avancer le prix et le rembourser), mais de gratification.[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS