L’Ircantec appelle les élus partant à la retraite en 2014 à mettre à jour leur statut

Aurélien Hélias
7 commentaires

7 commentaires

DURAIL - 14/04/2014 10h:52

Bonjour Dans ces rubrique, ils est surtout question des grandes agglomérations. Je suis dans un petit village rurale au cœur de la BEAUCE, de moins de 1000 habitants. Là les conseils municipaux, ressemblent surtout à des conseils de familles Principalement issues du monde agricole. Et ça reste le domaine des arrangements et du copinage. Aucun renouvellement, souvent le maire reste pour plusieurs décennies, et est trop souvent remplacé par un fils ou un neveu. Pour les élections les jeux sont déjà pipés avant même le dépôt des candidatures. Pour les conseillers, c'est renouvelé en famille, fils, neveu, cousins, ou épouse. Maintenant, c'est devenu des démocratie en forme d'héritage, le droit de se présenter pour une personne extérieur au sérail, n'est, que théorique. Pour ceux, qui ont un employeur local, c'est aussi les pressions au travail, souvent les patrons locaux sont apparentés au élus et notables locaux. Un solution, c'est la limitation du renouvellement des mandats. Cordialement DURAIL

Répondre au commentaire | Signaler un abus

rel0260334485 - 07/07/2014 12h:50

peut on avoir un ordre d'idée du montant de la retraite a venir ? pourquoi attendre aussi longtemps ?

Répondre au commentaire | Signaler un abus

bernadette - 15/01/2015 16h:51

j'ai déjà une retraite en qualité d'adjoint - comment valider celle de conseiller général ?

Répondre au commentaire | Signaler un abus

GAIDO Alain - 27/05/2015 15h:38

je suis Maire à la retraite depuis mars 2014 de la ville de Saint-Gilles (30800). Comment créer un dossier pour recevoir un dossier de demande de retraite?

Répondre au commentaire | Signaler un abus

chtimax - 29/04/2016 09h:12

Faut-il rappeler le premier mot d'ordre de la révolution francaise? l'abolition des privilèges!!! Où en sommes-nous aujourd'hui ? Les privilèges républicains des élus : cumul des mandats devenus une véritable rente financiàre tant pour le présent que pour la retraite!!! Et que dire des lois que ces politiens se votent discrètement dans le silence médiatique lorsque les "élus" perdent leur mandat!!! Mais bien plus scandaleux sont ces couples qui "s'investissent" dans la vie politique plutôt que de travailler et ainsi vivre dans le confort du (des) mandat's)alors que la pauvreté s'installe en France : Il faut interdire cet entreprenariat politico financier qui s'octrient ces privilèges scandaleux : le mari ou l'amant la femme les enfants les neveux etc... ça suffit : prend-t-on les français pour des cons ??? Cette remarque est valable pour tous les dits "politiciens" y compris le front national!!! quant au reste exigeons la transparence publique tel que pratiqué dans l'Europe du Nord des déclarations publiques du patrimoine et des revenus des élus et non au titre d'une démarche individuelle!!! La DEMOCRATIE c'est la TRANSPARENCE n'en déplaise auxaux voleurs !!! Reprenons le slogan du député européen d'extrême gauche honoré par Bruxelles du titre de "Docteur Honoris Causa" Cohn Bendit " IL EST INTERDIT D'INTERDIRE".

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Pichon - 07/07/2018 15h:48

Je suis adjoint au maire d'une commune de 5000 habitants. En 2020 j'aurais fait un seul mandat.de 6 ans Aurais je droit à une petite retraite et à quel montant Mrci à vous de votre retour.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

JPG - 25/08/2018 07h:00

Bonjour, je suis adjoint d'une commune de 2000 habitants (dans 1an et demi j'aurais fait 2 mandats. comment calculer le montant de cette retraite?Merci de votre retour

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Six à sept fois plus nombreux à faire valoir leurs droits à la retraite en année électorale, les élus – battus aux élections ou ne se représentant pas – doivent s’assurer d’un dossier mis à jour pour bénéficier dans les meilleures conditions de leurs droits à la retraite, rappelle l’Ircantec. D’où une rubrique désormais dédiée sur le site de l’Institution de retraite complémentaire.

Sur près de 200 000 élus locaux affiliés à l’Ircantec, 35 000 devraient liquider leurs droits à la suite des municipales des 23 et 30 mars, soit six à sept fois plus qu’au cours d’une année hors période électorale.

Un constat qui pousse aujourd’hui l’Institution de retraite complémentaire des agents non titulaires de l’État et des collectivités publiques à créer, sur son site Internet, une rubrique dédiée aux élus et aux collectivités locales.

« A partir de celle-ci, les élus peuvent accéder aux informations sur leur carrière et, le cas échéant, sur leur retraite. Les collectivités peuvent aussi y effectuer les mises à jour de leurs informations, éditer les documents utiles et accompagner les élus dans leurs démarches », plaide l’Institut.

A travers cette initiative, l’Ircantec souhaite inciter « les collectivités à vérifier les comptes individuels retraite de leurs élus », et que ces derniers mettent à jour le plus tôt possible leur dossier, « parfois complexe car ils ont souvent eu plusieurs phases de carrière ».

Eviter toute rupture de revenus

L’intérêt pour les édiles, sur le point de laisser derrière leur mandat électif, est aussi de s’assurer « qu’il n’y ait pas de rupture dans leurs revenus au moment du passage d’indemnités en tant qu’élu à celles de retraité », selon l’institut. Lequel y trouve également son compte en évitant, le jour où les anciens élus déclenchent leurs droits à la retraite, d’avoir à reprendre le dossier de chacun à zéro.

Pour mémoire, tout élu percevant une indemnité de fonction bénéficie du régime de retraite de l’Ircantec, dont la cotisation est prélevée automatiquement sur le montant de l’indemnité de fonction. S’y ajoute la possibilité, décidée librement par les élus communaux, d’adhérer au régime de retraite par rente, financée pour moitié par l’élu sur le montant de ses indemnités et pour moitié par la collectivité. Au nouvel élu de déterminer aussi le montant de ses cotisations, dans le respect du taux plafond de 8 %.

Recevez vos newsletters gratuitement

FORMATIONS

Nous vous recommandons

Didier Migaud : « Les élus locaux sont plus exposés aux lobbys que les élus nationaux »

Didier Migaud : « Les élus locaux sont plus exposés aux lobbys que les élus nationaux »

Deux ans et demi après le début du mandat municipal, le président de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), Didier Migaud, fait le bilan des obligations déclaratives des élus locaux, mais aussi de la...

28/11/2022 | Votre MandatPoints de vue
Simplification, compensations et ZAN : Elisabeth Borne donne des gages aux maires

Simplification, compensations et ZAN : Elisabeth Borne donne des gages aux maires

« La culture déontologique globale n’existe pas encore dans les collectivités »

« La culture déontologique globale n’existe pas encore dans les collectivités »

Maires, élus locaux et DGS, ces agents tous risques...

Maires, élus locaux et DGS, ces agents tous risques...

Plus d'articles