Abonné

L’inviolabilité du domicile, obstacle au contrôle des Airbnb par les communes ?

Aurélien Hélias
L’inviolabilité du domicile, obstacle au contrôle des Airbnb par les communes ?

AdobeStock_54540936

Pour lire l'intégralité de cet article,

abonnez-vous au Courrier des Maires - édition Abonné

Pour lire l’intégralité de cet article, tester gratuitement le Courrier des Maires - édition Abonné

En 2018, près de 23 000 communes ont perçu 24 millions d’euros de la part de Airbnb, reversant le produit de la taxe de séjour sur de courtes locations touristiques, dont 7,5 millions d’euros pour la seule capitale. Un montant quasi stable pour Paris (6,9 millions d’euros en 2017) qui laisse à penser que des contrôles plus importants pourraient doper ce montant. Mais ceux-ci sont sur la sellette juridique...

Dans une affaire les opposant à la ville de Paris qui les a assignés en référé, deux propriétaires d’un local d’habitation, accusés d’en avoir changé l’usage sans autorisation en le louant pour de courtes durées à une clientèle de passage, ont contre-attaqué au TGI de Paris en y déposant une QPC portant sur les modalités de contrôle de l’usage des locaux d’habitation, prévues aux articles L. 651-4, L. 651-6 et L. 651-7 du code de la construction et de l’habitation. Ceux-ci confèrent « aux agents assermentés du service municipal du logement » le pouvoir de visiter ces locaux à usage d’habitation situés dans le territoire relevant du service municipal du logement et prévoient « que l’occupant ou le gardien du local est tenu de laisser visiter sur présentation de l’ordre de mission en sa présence ».

La[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS