Abonné

« L'évolution des métropoles rend nécessaire l’élection au suffrage universel direct »

Hugo Soutra
3 commentaires

3 commentaires

Philippe Loppé - 24/10/2016 08h:43

Laisser passer 2020 alors que l'engagement a été acté dès 2014 constituerait une erreur supplémentaire susceptible de cautionner certaines allégations frontistes relatives à une alliance droite / gauche Vs démocratie.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

evamarie - 24/10/2016 12h:45

Oui! il est temps d'appliquer enfin les principes démocratiques de La République Française dans le déploiement de la décentralisation.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Roques - 24/10/2016 17h:42

Pas content Curieuse conception de la démocratie. On appate le chaland avec un thème intéressant...et on n'en autorise pas le lecture.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

« L'évolution des métropoles rend nécessaire l’élection au suffrage universel direct »

Christophe Ferrari, président de Grenoble-Alpes métropole

© Grenoble-Alpes métropole

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

Pas question, pour Christophe Ferrari, de remettre en cause la ô combien nécessaire élection au suffrage universel direct des présidents de métropole prévue par la loi Maptam (article 54). Alors que le gouvernement reporte ce débat annoncé dans le cadre du projet de loi sur le statut de Paris, le président (PS) de Grenoble-Alpes métropole plaide vigoureusement pour l'établissement de ce lien direct entre les élus métropolitains et les citoyens.

Courrierdesmaires.fr. Le gouvernement doit-il repousser l’élection au suffrage universel direct des présidents et d’une partie des élus métropolitains, malgré ce que prévoyait initialement la loi Maptam ?

Christophe Ferrari. Il n’y a aucune raison justifiant un tel report. Le débat avait déjà eu lieu lors des élections municipales et intercommunales en 2014. Nous avions alors recouru temporairement au fléchage. Puis cette avancée démocratique de l’élection au suffrage universel direct des présidents de métropoles avait été actée et inscrite dans la loi en 2015.

Que les citoyens élisent directement leurs exécutifs et conseillers communautaires en 2020 serait une évolution naturelle et logique. Au fond, la secrétaire d’Etat aux Collectivités territoriales, Estelle[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 4 76 65 93 78 (du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@territorial.fr