Abonné

« L’Etat ne peut se contenter de forcer les communes riches à payer pour les pauvres »

Hugo Soutra

Sujets relatifs :

, ,
« L’Etat ne peut se contenter de forcer les communes riches à payer pour les pauvres »

Eric Charmes, géographe-urbaniste à l'Ecole nationale des travaux publics, rattachée à l'université de Lyon

© Conseil de développement Brest Larpent

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

Vif, le débat public sur les inégalités territoriales n’en est pas moins truffé de malentendus. Géographe-urbaniste à l'Ecole nationale des travaux publics, rattachée à l'université de Lyon, Eric Charmes démonte quelques idées reçues et identifie plusieurs enjeux d'avenir stratégiques pour la cohésion territoriale et nationale.

Depuis les années 2010, il est devenu courant d’entendre les hérauts de la « France périphérique » critiquer l’opulence de la « France des métropoles mondialisées », ou alors la « France d’en haut » s’en prendre aux choix électoraux de la « France d’en bas. Evidemment moins binaires, les fractures territoriales se sont imposées à la Une des journaux. D’importants écarts de développement persistent à l’échelle infra-régionale malgré cinquante ans d'aménagement du territoire. Mais attention, s'il existe bien des problèmes économiques et une pauvreté hors des métropoles et des banlieues populaires, comme l’affirme le médiatique géographe Christophe Guilluy, les personnes les plus touchées ne vivent pas majoritairement dans le périurbain et les campagnes. Ce qui ne doit pas conduire pour autant les pouvoirs publics à faire fi de leurs difficultés, prévient Eric Charmes,[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS