Abonné

L’étalement urbain, symbole extrême de la dépolitisation intercommunale

Hugo Soutra
L’étalement urbain, symbole extrême de la dépolitisation intercommunale

Rénovation urbaine, construction de logements

© Flickr-CC-Prévot

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

Parmi les politiques publiques pour l'heure curieusement absentes des programmes des candidats aux élections municipales, la gestion du foncier et l'étalement urbain tiennent une bonne place. La faute à une technicisation du sujet au niveau intercommunal qui empêche tout débat d'idée politique sur le sujet.

Jusqu’à quand les maires sortants et candidats à leur succession continueront-ils d’escamoter le débat public sur l’artificialisation des terres agricoles ? Pour certains commentateurs, la confirmation de l'abandon du projet « Europa City » dans le Val-d’Oise ouvre une brèche pour mettre en discussion et politiser ce mal endémique qui ronge les périphéries françaises.

D’autres, plus fatalistes, font remarquer à juste titre que très peu de candidats se sont aventurés sur ce terrain glissant durant ces premières semaines de campagne. Même dans les bourgs-centres qui perdent continuellement habitants et commerces, les hérauts de la revitalisation n’ont pas osé pointer du doigt la spéculation foncière des agriculteurs, la bétonisation des sols ni appeler à une régulation des concurrences fiscales entre communes. Trop conflictuel ! L’étalement urbain, l’éloignement des lieux de domicile et des zones de travail et[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS