Abonné

L'affaire Chemetov contre Courcouronnes

Denis Solignac
L'affaire Chemetov contre Courcouronnes

La barre "Chemetov" à Courcouronnes

© Ville de Courcouronnes

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

Courcouronnes : les travaux de rénovation urbaine ont été bloqués durant plus d’un an par la procédure de l'architecte Paul Chemetov attaché à « son » immeuble.

Une victoire de l’intérêt général pour la ville, une défaite du « patrimoine du XXe siècle » pour l’architecte. Une chose est certaine, la destruction de la barre d’immeuble HLM en équerre réalisée il y a 30 ans par l’architecte Paul Chemetov aura fait couler beaucoup d’encre.

Eté 2012 : vingt-cinq architectes français très connus signent une pétition pour soutenir leur confrère contre la destruction des 80 logements. « Nous étions en pleine négociation avec l’architecte quand Libération m’a appelé et m’a fait découvrir cette pétition qui relevait essentiellement d’une logique corporatiste », explique le maire (UMP) de Courcouronnes (13 900 habitants), Stéphane Beaudet.

Le différend avec l’architecte couvait depuis que ce dernier, convié à un travail de mémoire effectué pour les habitants, avait découvert que son immeuble allait être détruit (lire aussi dans ce numéro notre analyse juridique : « Le droit moral de l'architecte sur le projet d'aménagement », pp. 35 à 38).

« Ceaucescu »…

« D’emblée c’est parti en sucettes. Dans[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 4 76 65 93 78 (du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@territorial.fr