Abonné

L’ADF saute le projet de loi « 3DS » et force Jean Castex à se projetter après la présidentielle

L’ADF saute le projet de loi « 3DS » et force Jean Castex à se projetter après la présidentielle

Jean Castex aux assises de l'Assemblée des départements de France le 3 décembre 2021 à Bourg-en-Bresse -Ain)

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

Les présidents de conseils départementaux se sont déchaînés contre la « centralisation rampante », l’« excès de normes », les lois Maptam et NOTRe, le manque d’autonomie financière, lors de leurs Assises, du 1er au 3 décembre dans l’Ain. Un discours somme toute assez convenu qui, à défaut d’avoir permis d’infléchir le projet de loi 3DS, se fait de plus en plus vigoureux alors que se profile le prochain quinquennat. A force de louvoyer autour d’une remise à plat du dialogue Etat-collectivités, l’Assemblée des départements de France (ADF) aura au moins contraint l’actuel Premier ministre Jean Castex à préciser les intentions politiques de l’exécutif en matière de décentralisation.

Fin de la clause de compétence générale, transferts des compétences « Développement économique » et « Transports scolaires » aux régions, mise en place des Contrats de Cahors, recentralisation du RSA… S’ils ne datent pas tous d’aujourd’hui, les griefs des présidents de conseils départementaux contre l’Etat s’accumulent. « Jamais nous n’avions connu une telle recentralisation ! Ce mouvement va à l’encontre de ce qu’attendent nos concitoyens » a tonné le président du département de la Côte-d’Or, François[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 4 76 65 93 78 (du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@territorial.fr