Joël Bruneau, maire de Caen : « Plaidoyer pour une Normandie réunifiée »

Denis Solignac
Joël Bruneau, maire de Caen : « Plaidoyer pour une Normandie réunifiée »

Joël Bruneau, maire de Caen, président de la CA Caen la Mer

© F.Decaëns/VilledeCaen

Six mois après son accession à la mairie de Caen, Joël Bruneau appuie la réunification des deux Normandie, prévue par la réforme territoriale. Mais l’élu (UMP) plaide aussi pour la transformation de la communauté d’agglomération en communauté urbaine, afin de mieux « tendre la main » aux villes moyennes qui l’entourent et former à terme un pôle métropolitain. Et sans doute asseoir un peu plus le développement de la capitale bas-normande, à l’heure où la voisine haut-normande, Rouen, s’apprête à devenir métropole et réclame d’être chef-lieu de région d’une Normandie réunifiée…

Par Joël Bruneau, maire de Caen, président de l'agglomération Caen la Mer

Trente ans après les lois de décentralisation, nos collectivités locales sont à un tournant de leur histoire.

Pour la première fois, elles sont confrontées à un double défi. Un défi budgétaire, autrement dit préparer l'avenir dans un contexte financier d'une dureté sans précédent. Un défi territorial, à savoir réformer notre millefeuille tout en maintenant un service de qualité aux habitants. La tâche est grande mais elle en est d’autant plus passionnante.

C’est dans ce contexte inédit que nous devons bâtir la Normandie réunifiée.

En tant que maire de Caen et président de l'agglomération Caen la Mer, deux voies sont possibles à mes yeux.

Camper dans les sempiternelles positions partisanes et les stratégies personnelles où chaque territoire voudrait s’imposer aux autres, ou bien adopter une position constructive qui consiste à nous prendre enfin en main et être force de proposition pour la Normandie toute entière. C'est à cette seconde option que je m'emploie depuis le début de mon mandat.

Se prendre en main…

… c'est d'abord bâtir une agglomération qui corresponde à son bassin de vie et qui ait la taille suffisante pour porter des projets ambitieux au bénéfice de tous et pas seulement de la ville centre, en transformant la communauté d'agglomération en communauté urbaine.

Se prendre en main, c'est faire sortir Caen de la position hégémonique qui a trop souvent été la sienne et tendre la main aux territoires qui nous entourent, en particulier à ce réseau de villes moyennes qui structurent aujourd'hui la Basse-Normandie. Ensemble nous devons exprimer tout le potentiel de l'ouest de la Normandie dans le cadre d'un pôle métropolitain où Caen entraîne et fédère sans imposer ni absorber.

Se prendre en main, c'est exprimer haut et fort tout ce que Caen et son territoire peuvent apporter à la Normandie de demain, en complémentarité avec les agglomérations de Rouen et du Havre bien sûr, mais aussi de Cherbourg et d’Evreux. D'abord parce que le temps n'est plus au jacobinisme centralisateur mais à la mise en réseau. Ensuite parce que la Normandie a la particularité de ne compter aucune agglomération pouvant légitimement revendiquer à elle seule le statut de métropole de dimension européenne.

Seul le travail en commun permettra de tirer vers le haut la Normandie toute entière.

C'est pourquoi j'entends m’investir pour la mise en place d'un pôle métropolitain normand entre les grandes agglomérations. Nous créerons ainsi un pôle d'équilibre entre Paris et l'axe Rennes-Nantes et jetterons les bases d’une vraie coopération avec le sud de l’Angleterre.

C’est à ces seules conditions que nous assurerons à la Normandie le dynamisme et le rayonnement international qu’elle mérite.

D'aucuns me disent que cette stratégie est utopique voire naïve. Pour paraphraser Mark Twain, c'est parce que je suis nouvel élu et que je ne sais pas que c'est impossible que je suis persuadé qu'ensemble nous le ferons.”

Recevez vos newsletters gratuitement

FORMATIONS