Jean-Jacques Urvoas, un garde des Sceaux héraut des langues régionales et de l'Assemblée de Bretagne

Aurélien Hélias
Jean-Jacques Urvoas, un garde des Sceaux héraut des langues régionales et de l'Assemblée de Bretagne

urvoas-cadre

© E. Pain

Successeur de Christiane Taubira au ministère de la Justice, Jean-Jacques Urvoas devra mener à bien le périlleux projet de loi constitutionnelle portant déchéance de la nationalité pour les binationaux reconnus coupables d’actes de terrorisme. Et défendre la prorogation de trois mois de l’état d’urgence, alors que le député exprimait récemment ses doutes sur ce projet de l'exécutif… Mais c’est une autre réforme constitutionnelle que l’élu breton a longtemps portée : celle ratifiant la Charte européenne des langues régionales. Un texte à ce jour rejeté par le Sénat. L'élu du Finistère est aussi le héraut d’une collectivité unique bretonne, l'Assemblée de Bretagne, auquel il avait consacré un essai très engagé.

Député (PS) du Finistère et président de la commission des lois, Jean-Jacques Urvoas  livrait à l'été 2014 son essai « Pour l’Assemblée de Bretagne », un manifeste très engagé pour la création d’une collectivité unique sur le territoire armoricain.

Gouvernance, rattachement du département de Loire-Atlantique, voies juridique et politique pour y parvenir : le député de Quimper n'y éludait aucun sujet. Le tout pour mieux contrer les adversaires d’une vieille revendication locale que le gouvernement avait finalement choisi d’ignorer…

 Lire notre chronique de l'essai de Jean-Jacques Urvoas.

Recevez vos newsletters gratuitement

FORMATIONS