Abonné

« Il faut aller au-delà de la définition juridique de la discrimination »

Aurélien Hélias

Sujets relatifs :

, ,
« Il faut aller au-delà de la définition juridique de la discrimination »

Arnaud Alessandrin et Johanna Dagorn, universitaires à Bordeaux

© Rodolphe ESCHER

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

«Le rôle de la ville dans la lutte contre les discriminations » explore autant les raisons qui font de la ville un espace de discriminations que la place des politiques publiques dans leur reproduction ou leur résorption. Les sociologues Arnaud Alessandrin et Johanna Dagorn, universitaires à Bordeaux et codirecteurs de l’ouvrage, reviennent sur les grandes leçons de leur travail d'enquête.

La question des discriminations est au cœur de votre ouvrage. Quelles sont les dynamiques de discrimination propres à la ville ?

Arnaud Alessandrin. Rappelons d’abord que le cœur de notre propos est d’expliquer qu’il faut aller au-delà de la définition juridique de la discrimination. Un regard insistant, des moqueries ou des remarques désobligeantes dans la rue, ne sont pas forcément juridiquement condamnables, mais affectent celles et ceux qui habitent la ville. Les politiques publiques ne peuvent plus faire l’économie du sentiment de discrimination de celles et ceux qui ont été stigmatisés, qui se savent stigmatisables ou qui ont autour d’eux des gens qui l’ont été.

Johanna Dagorn. Dans les petites municipalités, contrairement aux villes, les personnes minorisées s’inscrivent dans des réseaux interpersonnels. Une femme voilée, un homme[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS