Abonné

Habitat indigne : rester aux aguets face aux marchands de sommeil

Nathalie Da Cruz

Sujets relatifs :

, ,
Habitat indigne : rester aux aguets face aux marchands de sommeil

Habitat indigne, insalubre

© Adobe/ John Vlahidis

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

La crise du logement a multiplié les situations d’habitat indigne. Parfois démunis face à des marchands de sommeil sans scrupules et bien armés juridiquement, les maires doivent s’entourer d’équipes afin de mener des repérages sur le terrain.

Logements indécents, insalubres, dangereux pour la santé ou l’intégrité physique des habitants : l’habitat indigne recouvre plusieurs situations, y compris la suroccupation - quand un logement est trop petit pour accueillir une famille, par exemple. L’Ile-de-France et les métropoles sont particulièrement concernées. Exemple : La Madeleine (22 500 hab.), commune limitrophe de Lille. « Quand des gens viennent déposer une demande de logement social, ils nous indiquent parfois qu’ils vivent dans un logement indécent ou minuscule, témoigne le maire, Sébastien Leprêtre. Si le locataire le demande, nous visitons le logement avec la CAF, et nous incitons le propriétaire à faire des travaux. » La ville a adopté le permis de louer, un outil récent de la loi Alur (voir encadré) qui donne plus de pouvoir aux collectivités pour encadrer les locations.

Certains préfèrent la méthode offensive. Conseillère d’opposition à Aubervilliers (93), Evelyne Yonnet-Salvator se souvient du temps où, dans la[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS