Favoriser la pratique sportive des personnes handicapées

La rédaction

A 80% propriété des communes, les équipements sportifs devront, comme tous les établissements recevant du public (ERP), être accessibles aux personnes handicapées, quel que soit leur handicap, le 1er janvier 2015. Un défi pour les collectivités : 5,5 millions de Français sont en situation de handicap. Un Français sur trois est concerné directement ou indirectement par des difficultés d'accessibilité.

Sous l'impulsion de la loi ou des élus locaux, de plus en plus d'initiatives visent à rendre les activités physiques et sportives accessibles aux personnes atteintes de handicaps psychiques, mentaux, moteurs, visuels ou auditifs. Il peut s'agir de l'accessibilité aux équipements et aux activités proposées par la collectivité et les clubs (pratique mixte valides-handicapés, par exemple); de former  l'encadrement aux actions prévention-sport (APS) pour l'accueil de ce public spécifique.

L'expérience du conseil général des Alpes-Maritimes, avec Handisport 06, celle d'Evry, qui a créé une école des sports accessible ou encore celle de Tourcoing reconnue "ville handi-accessible" sont intéressantes.

Délai contesté

Le délai courant jusqu’en 2015 a été contesté, via des décrets et amendements favorables à des dérogations, qui ont été annulés par le Conseil d’Etat et le Conseil constitutionnel. Ce délai reste donc en vigueur.

En 2009, de 40% à 50% des équipements sportifs français étaient inaccessibles aux personnes à mobilité réduite (75% des piscines) et 95% n’étaient pas accessibles aux handicapés sensoriels (97% des piscines).

Compte tenu de l’âge moyen des équipements sportifs français leur année médiane de mise en service est 1986- l'investissement nécessaire se chiffre en dizaines, voire en centaines, de millions d’euros pour les communes.

"Des collectivités nous contactent chaque semaine pour obtenir des informations sur la mise en accessibilité de leurs ERP [établissements recevant du public]  sportifs ou celle des activités physiques et sportives elles-mêmes, explique Philippe Bissonnet, responsable du pôle ressources national sport et handicaps (PRNSH). Nous sommes là pour les conseiller et nous mettons à leur disposition des outils pratiques, comme des guides d’information disponibles en ligne sur notre site internet, ainsi que des formations, organisées en lien avec le CNFPT."

Ce pôle, installé dans des locaux accessibles, au sein du centre régional d’éducation populaire et de sports de Bourges, offre aux collectivités et à leurs élus l’assurance de travailler dans la bonne direction.

Partenaires

Il en va de même avec la Fédération française du sport adapté et la Fédération française handisport qui se consacrent aux pratiques multisports et qui ont reçu délégation du ministère des Sports pour organiser, développer, coordonner et contrôler la pratique des activités physiques et sportives des personnes en situation de handicap -handicap mental, intellectuel ou psychique pour la première, handicap moteur, visuel et auditif pour la seconde.

Des partenaires utiles pour les collectivités, dans la mesure où ces fédérations totalisent environ 60.000 licenciés (42.000 FFSA; 18.000 FFH).

Les obligations posées par la loi "Handicap"

La loi n°2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées (JO du 12 février 2005) stipule que les établissements recevant du public (ERP) existants (parmi lesquels les équipements sportifs) devaient faire l’objet d’un diagnostic de leur état d’accessibilité avant le 1er janvier 2011, puis répondre aux exigences relatives à l’accessibilité pour tous d’ici au 1er janvier 2015.

Selon le décret du 17 mai 2006 et les textes codifiés dans le Code de la construction et de l’habitation (art. R111-19-1), les établissements recevant du public (ERP) et les installations ouvertes au public (IOP) doivent être accessibles aux personnes handicapées, quel que soit leur handicap, physique, sensoriel, mental, cognitif ou psychique.

Conseil général des Alpes-Maritimes - Ouvrir les pratiques sans stigmatiser

Avec ses dispositifs Handisport 06, le conseil général  souhaite aller au-delà des obligations légales de mise en accessibilité des équipements pour permettre, à l'échelle du département et en lien avec les comités départementaux de plusieurs disciplines, d'ouvrir les pratiques sportives aux handicapés physiques et mentaux. "Cela sans les stigmatiser, précise Eric Pauget, président de la commission jeunesse et sport de la collectivité, puisque sont aussi concernés les blessés en phase de rééducation. Dans tous les cas, ce sont pour nous des sportifs."

Le conseil général finance ainsi, lui-même, Handi-ski 06 qui met à disposition des stations des tandem-ski, dual-ski ou kart-ski et leurs pilotes. De 2001 à 2009, 500 personnes en ont bénéficié. Même chose avec Handi-voile 06 et ses opérations estivales ou à l'année, avec 1.200 bénéficiaires entre 2006 et 2009, ou encore Handi-tennis 06 avec un véhicule de transport, des fauteuils adaptés à la compétition et des cours (200 bénéficiaires de 2007 à 2009).

Plus surprenant : "Le conseil général a ouvert à l'été 2010 un centre équestre dédié à la hardie équitation, avec un dispositif de mise en selle par levage mécanique." En outre, le conseil général soutient les clubs, le haut niveau et les manifestations sportives, majorant même de 10% les investissements à destination de la pratique des personnes handicapées.

Alpes-Maritimes

  • 1 million d'habitants
  • Budget : 950 millions d'euros; dont sport : 6 millions
  • Contact, tél. : 04.97.18.60.00.

Mairie d'Evry (91) - Une école des sports accessible

Classée deuxième ville de France accessible aux handicapés par le magazine "L’Express" en mars 2010, Evry a aussi porté son effort sur les activités sportives. Et prioritairement celles de son Ecole des sports, qui accueille 400 enfants de 2 ans et demi à 13 ans. "Nous avons voulu lever le maximum d’obstacles aux pratiques sportives, y compris ceux liés au handicap des plus jeunes», explique Nicole Bounadi, adjointe chargée des sports et des loisirs. L’objectif ? Promouvoir le handisport ou le sport adapté tout en orientant à terme les enfants vers les associations «classiques».

«Lors de la saison 2009-2010, nous avons promu la pratique encadrée des handicapés directement au sein des groupes valides. Mais depuis septembre dernier, nous procédons en deux temps pour éviter un trop grand décalage: d’abord des cours dédiés, puis une intégration dans les cours ouverts à tous.»

Dix enfants de 5 à 10 ans souffrant de handicaps physiques lourds bénéficient d’un encadrement spécifique le mercredi, «le temps d’acquérir une meilleure estime de soi et de commencer à prendre du plaisir», à travers la découverte et l’initiation à des sports d’opposition, de filet, des sports collectifs, etc., sous le regard d’une éducatrice spécialisée. Quant aux adultes, un partenariat avec un établissement et service d’aide par le travail (Esat) local, permet de proposer chaque lundi, depuis 2009 également, le même type d’initiations à deux groupes d’une douzaine de personnes handicapées physiques ou mentales. Avec, là encore, l’espoir d’inciter à la pratique en club. Et peut-être pas seulement dans les deux sections handisport de la ville, consacrées au tennis de table et au futsal !

Ville d'Evry

  • 52 820 habitants
  • Budget : 97,6 M€, dont sport : 0,921 M€, 8.000 adhérents en club
  • Contact, mairie, tél. : 01.60.91.63.98.

Mairie de Tourcoing (59) - Des actions diversifiées

Récemment distinguée «Ville handisportive» par le comité régional Handisport du Nord-Pas-de-Calais, Tourcoing mène une politique tous azimuts en faveur de la pratique sportive des personnes handicapées. Le tout sous le regard attentif d’une commission extra-municipale des personnes handicapées, précise Jean-Joseph Tusa, adjoint chargé des sports et président de l’office municipal des sports. Cette politique va au-delà du cadre légal de la mise en accessibilité obligatoire de tous les équipements.
Parmi les actions marquantes, de nombreux aménagements matériels exemplaires de salles, vestiaires et équipements divers, qui profitent d’ailleurs aux communes alentours.

Mais aussi des initiatives tournées vers la pratique, comme la mise en place, avec l’office municipal des sports, d’une aide de 50 euros minimum en faveur des licenciés handicapés, tourquennois ou non, dans le cadre de la subvention Sport pour tous: «Cette aide a fait passer le nombre de licenciés handisportifs de 5 en 2006 à 113 aujourd’hui, répartis dans 16 clubs différents», se félicite Jean-Joseph Tusa. Enfin, des conventions sont passées avec chaque association sportive pour les sensibiliser à la question du handicap, encourageant de ce fait la création de sections sportives mixtes (adhérents valides et handicapés). Avec, à la clé, plusieurs titres de champion de France handisport.

 Ville de Tourcoing

  • 92.350 habitants
  • Budget : 160,6 M€, dont sport : 15,4 M€, 18.500 adhérents en clubs
  • Contact, mairie, tél. : 03.20.23.37.00.

D'après un article de Laurent Bigot, publié dans "le Courrier des maires et de élus locaux", avril 2011

Recevez vos newsletters gratuitement

FORMATIONS