Abonné

Faut-il réformer la loi « Debré » sur le financement des écoles maternelles privées ?

Michèle Foin

Sujets relatifs :

, ,
Faut-il réformer la loi « Debré » sur le financement des écoles maternelles privées ?

Ecole maternelle, à Millau (Aveyron)

© Ville de Millau

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

Le projet de loi pour une école de la confiance abaisse l’âge de l’instruction obligatoire à 3 ans et automatise le financement des maternelles privées sous contrat prévu par la loi de 1959, au grand dam de nombreux maires. De quoi imposer de réformer la loi. Le président du réseau français des villes éducatives, Damien Berthilier, et la députée (LREM) de Paris, Anne-Christine Lang, co-rapporteure du projet de loi pour une école de la confiance, en débattent.

« A ce jour, le privé n’a pas intérêt à attaquer les villes en justice. Si cela devient obligatoire, les associations voudront faire valoir leurs droits ! »

Damien Berthilier, adjoint (PS) au maire de Villeurbanne (69), en charge de l'éducation, président du réseau français des villes éducatives

« Dans le privé, les maternelles sont financées par les excédents dégagés par les autres niveaux scolaires. Plus d’argent, cela signifie plus de moyens pour les collèges et les lycées privés, que l’on prend sur les budgets du public, déjà resserrés… Or, les établissements privés n’ont pas les mêmes obligations ! Et ils nuisent à la mixité sociale de l’école publique. Il faudrait moduler les financements selon la typologie des élèves, au même titre que les[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS