Abonné

Faut-il instaurer un statut de résident pour garantir l’accès au logement pour tous ?

Nathalie Da Cruz

Sujets relatifs :

, ,
3 commentaires

3 commentaires

Libre de choisir!! - 05/10/2021 10h:12

L'idée me semble pertinente à condition de trouver une solution qui puisse contacter les deux parties, les mal logés et ceux qui possèdent les moyens de voguer d’un lieu à un autre lorsque le besoin se fait sentir de changer de paysage. Le logement est plus qu’un confort, c’est avant tout un bien être qui permet de se ressourcer et de fuir le monde extérieur et sa complexité, être bien chez soi dans son propre environnement c’est permettre aux individus d’être armés pour faire face aux difficultés quotidiennes, et je terminerai avec cela.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Arrigu - 05/10/2021 13h:45

Le droit à un toit doit prévaloir sur le « tout tourisme » La difficulté à se loger près de son travail entraîne une augmentation des déplacements, des frais induits, et de la pollution.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Jean-Michel Bardon - 05/10/2021 18h:06

Ce n'est pas très original, mais je suis en accord total avec cette définition et oui il faut taxer très lourdement ces résidences secondaires vides les trois quart de l'année. Cela limitera cette inflation de logements vides alors que des gens n'ont pas de tout et cela apportera un plus dans les finances locales.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Faut-il instaurer un statut de résident pour garantir l’accès au logement pour tous ?

accès au logement

© Adobe stock

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

Bretagne, Corse, Pays basque… Certains élus de ces régions particulièrement attractives souhaitent donner une priorité d’accès au logement à leurs habitants. Discrimination ou rééquilibrage du marché immobilier ? Le débat fait rage chez les élus locaux.

« Le statut de résident représente un outil parmi d’autres pour rééquilibrer un marché qui s’est dérégulé »

Alain Iriart, maire (EH Bai, parti régionaliste) de Saint-Pierre-d'Irube (Pyrénées-Atlantiques)

« Dans certaines villes du littoral basque, 40 à 55 % des logements sont des résidences secondaires - vides plusieurs mois de l’année. Les prix à l’achat ont flambé, mais aussi les loyers, par effet domino. Aussi les habitants sont privés de leur droit au logement sur le territoire. Pour se loger, ils doivent s’éloigner toujours plus du littoral, lequel concentre pourtant l’activité économique : les trajets domicile-travail s’allongent, ont un coût et génèrent de la pollution.

[caption id="attachment_98260" align="alignright" width="300"] Saint-Pierre-d’Irube[/caption]

A définir avec précision. D’où la nécessité d’un statut de résident avantageant nos habitants - qu’ils soient originaires d’ici ou non. Le parcours résidentiel d’il y a trente[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS