Abonné

Faut-il diminuer le nombre de conseillers municipaux et d’élus locaux ?

Hugo Soutra

Sujets relatifs :

, ,
4 commentaires

4 commentaires

vm84 - 13/09/2017 11h:43

Faut-il rappeler que la majorité des conseiller municipaux des petites communes sont bénévoles?Celà ne changera donc pas beaucoup en matière de budget, par contre certaines mairies devront embaucher pour pallier ce déficit de "main d'oeuvre" que représente ces conseillers.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

JB JANER - 18/09/2017 15h:11

avant de m'attaquer aux conseillers municipaux qui font un gros travaille de terrain , je commencerais par supprimer le Sénat dont je me demande s'il joue véritablement un rôle aujourd'hui. ce sera la une véritable économie dans le budget de l'Etat.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Jacques - 27/11/2017 08h:30

JB Janer, si les élus municipaux faisaient un gros travail de terrain ça se saurait. Voilà que certaines villes ont plus d’élus que de députés dans beaucoup d’états européens. Voulez-vous des exemples? Non, je suis sûr que vous saurez les trouver tout seul sur internet.Mais en ce qui concerne toutes les municipalités les élus sont en surnombre. Et pour preuve, la France compte autant d’élus que l’Europe entière cherchez l’erreur.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Jpi - 19/02/2018 10h:34

Courageux d'effectuer les vraies économies quand on augmente sans cesse le mille feuilles com de com, métropole, nouvelles régions en gardant ce qui existent.... et le CESE, CESER qui coutene chers et qui ne sont que des chambres de réflexion dont on ne tient pas compte. Tout cela coûte cher aux contribuables. Le système rattrapera t il les bonnes volontés !

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Faut-il diminuer le nombre de conseillers municipaux et d’élus locaux ?

Rassemblement de maires de l'AMRF, 8 octobre 2011, à Monts-sur-Guesnes (Vienne).

© Flickr-CC-AMRF

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

579 241 élus locaux, est-ce trop ? Oui, a estimé le président de la République le 17 juillet lors de la première Conférence nationale des territoires. Deux députés, LR et PS, demandent à voir, alors que les effectifs de conseillers municipaux seraient prioritairement ciblés par l'exécutif.

« Le président devrait s’attaquer en priorité aux conseillers départementaux et régionaux »

Julien Aubert, député (LR) du Vaucluse, vice-président de la région PACA

[caption id="attachment_66766" align="alignleft" width="300"] Julien Aubert, député du Vaucluse[/caption]

" Emmanuel Macron a sans doute raison sur le principe, même si l’on peut regretter son ton poujadiste. Mais croire que cette mesurette répondra à la colère d’une partie des Français, pour qui les élus ne servent à rien, est erroné : cela me fait penser à un médecin qui chercherait à faire baisser la fièvre avant d’avoir diagnostiqué la maladie.

Réforme globale. S’il espère véritablement réconcilier les citoyens et la politique, le président de la République aurait tout intérêt à repenser de fond en comble la démocratie locale et à rendre effective la promesse de la décentralisation de rapprocher gouvernants et gouvernés. La diminution du nombre d’élus[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 4 76 65 93 78 (du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@territorial.fr